La Saga des Sturlungar PDF

44 year period of violent internal strife in mid-13th century Iceland. It is documented in the Sturlunga saga. A man swears vassalage to the King of Norway. This period is marked by the conflicts of powerful chieftains, goðar, who amassed followers and fought wars, and is named for the Sturlungs, the most la Saga des Sturlungar PDF family clan in Iceland at the time.


La Saga des Sturlungar est le fleuron des sagas islandaises dites de contemporains parce qu’elles relatent les heurs et malheurs des Islandais aux XIIe et XIIIe siècles, selon les témoignages de contemporains, ce qui fait, première originalité, qu’exceptionnellement, nous connaissons certains de leurs auteurs.
La Saga des Sturlungar rapporte, en une quinzaine de textes de très inégales longueurs, de quelle façon l’Islande médiévale, qui était parvenue à mettre au point un type de société, d’administration et de gouvernement sans équivalents ailleurs, a, peu à peu, perdu l’équilibre et la sérénité qui faisaient sa force, pour finalement se laisser détruire par des luttes intestines et passer sous la coupe du roi de Norvège, en 1264, perdant ainsi et pour presque sept siècles, son indépendance.
C’est à la fois une sorte de traité de politologie, une amère méditation de type existentiel, une leçon de philosophie – et c’est aussi une saga inimitable avec ce fameux style, ces règles de composition qui font la fortune du genre, de même que l’étonnante galerie de personnages, de décors et de péripéties émouvantes ou tragiques.
Il s’agit sans conteste d’un des plus grands textes que l’Islande médiévale (et l’on peut bien ajouter : le Moyen Âge européen) ait engendrés.

Historians generally regard the year 1220 as the first year of the Age of the Sturlungs, although some wish to place its beginning at an earlier date because of the Battle of Víðines. Power in the country had consolidated within the grasp of a few family clans. At this time, Hákon the Old, King of Norway, was trying to extend his influence in Iceland. Many Icelandic chieftains became his vassals and were obliged to do his bidding—in exchange they received gifts, followers and a status of respect. Consequently, the greatest Icelandic chieftains were soon affiliated with the King of Norway in one way or the other.