La tête dans la Lune: Les êtres de lumière PDF

Si ce bandeau n’est plus pertinent, retirez-le. Shiva est la tête dans la Lune: Les êtres de lumière PDF vénéré sous la forme abstraite de Shiva linga.


Une fiction qui frôle le génie !
Vous avez aimé Star Wars et Star Trek ? Vous serez enchanté !

Résumé

L’action se déroule dans la conscience de l’infini. La grande honte est sortie victorieuse du 20e siècle. Le 21e est pour le rétablissement de l’humilité. Au commencement, un monstre s’échappe des sphères de l’esprit et vole à l’humain sa liberté décisionnelle. En l’an 2021, le génocide de la masse silencieuse s’est enclenché. Un puissant gardien du monde de l’esprit s’interpose. Il active à l’humain au cœur pur la faculté ultime : l’autorité sur la matière, donnant naissance aux hommes de lumière qui poursuivront ce monstre, jusqu’aux confins des multivers et de l’étendue à l’échelle nanométrique, la conscience.

Le 4 avril 2025 est marqué au fer rouge; ce jour est retranché du temps. En l’an 2077, Loell et Jolye, un couple vivant une romance exceptionnelle, s’évadent de la vie dictatoriale. Ils renouent avec l’abstrait, rêvassant la tête dans la Lune. À leur éveil, ils prennent conscience qu’ils sont des êtres de lumière et qu’ils possèdent en eux l’arme absolue. Ils combattront leurs démons intérieurs, et la progéniture de l’enfant du monstre appelée les Indi-voyous, les génies de la philosophie dirigeante, de même qu’ils combattront les Cyborgs et les drones d’éradication. Ils découvriront l’extase de leur corps de lumière, mais aussi, la cruauté à l’état pur transmise par l’enfant du monstre. Ce couple n’est pas seul, ils sont une multitude. Une question leur vient à l’esprit: sont-ils vraiment sortis de la tête dans la Lune ?

Il est aussi représenté plongé dans une profonde méditation, ou bien dansant le tandava sous la forme Nataraja. Shiva, le dieu des shivaïtes assume les fonctions de Rudra le terrible, ancien dieu védique. En effet, le théonyme Shiva provient d’une épithète de Rudra, l’adjectif shiva  gentil, aimable  utilisé par euphémisme pour ce dieu qui, dans le Rig-Véda porte également l’épithète ghora  terrible . Le symbolisme de Shiva est d’une grande complexité du fait des nombreux courants qui l’ont vénéré au cours des siècles. Il représente la destruction, mais celle-ci a pour but la création d’un monde nouveau : Shiva transforme, et conduit la manifestation à travers le  courant des formes . Il a les yeux mi-clos, car il les ouvre lors de la création du monde et les ferme pour mettre fin à l’univers et amorcer un nouveau cycle. Shiva est marié à Shakti, la déesse-mère.

En sanskrit, Kundalini signifie  celle qui est entourée sur elle-même , d’où le symbole du serpent. Comme ascète, mais aussi comme seigneur des lieux de crémation, il se couvre le corps de cendre. D’après la légende, Shiva et Vishnou se rendirent dans une forêt pour combattre 10 000 hérétiques. Furieux, ceux-ci envoyèrent pour attaquer Shiva un tigre, un serpent et un nain noir et féroce armé d’une massue. Shiva est parfois représenté mêlé avec sa Shakti formant un être hermaphrodite, Ardhanari. Shiva en Tamoul, représenté deux fois séparées par un symbole shivaïte.

Lingams et yonis sur les ghâts à Varanasi. Par l’union du linga et du yoni, l’Absolu qui se déploie dans le monde prouve qu’il surmonte l’antagonisme mâle-femelle ou spirituel-matériel. Le linga représente également le cosmos, mais aussi le pouvoir de connaître, la conscience comme axe de la réalité. Non plus orienté vers la finalité naturelle de force de vie et d’incarnation, le phallus dressé vers le ciel représente le rassemblement des énergies du yogi sur le plan sensible et leur conversion vers un niveau subtil. Dans le shivaïsme brahmanique, les caractères phalliques fondamentaux du linga se retrouvent toujours nettement, tant dans les légendes expliquant l’origine de ce culte que dans les qualités corporelles occasionnellement attribuées au dieu. Linga Purana, lorsque l’univers était envahi par les eaux, Vishnou et Brahmâ se disputaient, affirmant chacun qu’il était le plus grand des dieux. Mais tout à coup, surgit une immense colonne de feu entre les eaux.

Elle était si haute qu’elle semblait sans fin. Une autre légende raconte que Shiva apparut nu devant un groupe d’ascètes qui méditaient dans la forêt sans comprendre sa vraie grandeur. Pour les punir, Shiva décida de séduire leurs femmes. Pour se venger, les ascètes émasculèrent Shiva en invoquant un tigre, mais à l’instant où son lingam tombe à terre, l’univers fut plongé dans les ténèbres. Les yogi, enfin conscients de leur erreur, prièrent Shiva de restaurer la lumière dans le monde. Ainsi, le lingam est une représentation religieuse tout à fait commune en Inde, sans que le caractère sexuel soit minimisé ou occulté.