La Tête des autres PDF

Couverture de la première édition britannique. Il s’agit d’un apologue écrit sous la forme d’une fable animalière, mais la Tête des autres PDF d’une dystopie.


broché.

George Orwell avait écrit une préface dénonçant l’autocensure pratiquée au Royaume-Uni, qui supprimait toute critique de l’Union Soviétique, son alliée pendant la Seconde Guerre mondiale. Ce qu’il y a de plus inquiétant dans la censure en Angleterre, c’est qu’elle est pour une bonne part volontaire. Cette édition était destinée à des réfugiés ukrainiens vivant dans des camps pour personnes déplacées situés en Allemagne dans les zones d’occupation anglaise et américaine. Dessin préliminaire pour la conception du dessin animé éponyme. Sage l’Ancien, décident de se révolter contre leur maître, M. Jones, dans l’espoir de mener une vie autonome dans l’égalité, l’entraide et la paix pour tous. La ferme est passée sous le contrôle des animaux.

Elle est, dès lors, gérée dans le respect des sept commandements qui prônent le pacifisme tout en définissant les spécificités des animaux, présentées comme une richesse. L’ennemi est clairement désigné : l’homme doit disparaître du lieu et une cohésion doit se créer entre les bêtes et se renforcer autour de cette menace. Très rapidement, les cochons forment une élite et sont amenés à prendre le pouvoir, asservissant les autres animaux. Ils utilisent leur intelligence supérieure pour manipuler leurs craintes et modifier le passé à leur avantage. Les idéaux sont très vite dénaturés, les principes généreux insensiblement dévoyés. Un dictateur émerge, chasse son principal rival, puis exécute les  traîtres  pour asseoir son pouvoir de plus en plus hégémonique.

Ce maître, devenu tout puissant, avec l’aide des chiens et des autres cochons, continue à leur faire miroiter le même espoir, mais leur fixe un objectif inaccessible tout en leur promettant sans cesse une vie meilleure afin de les maintenir dans cette utopie. Les années passent et l’ouvrage s’achève sur un constat amer pour les autres animaux asservis ː plus rien ne semble distinguer les cochons de leurs anciens maîtres. Troupeau de moutons dans une ferme anglaise. Un jour, les animaux de la ferme du Manoir, profitant de la négligence du propriétaire, sont convoqués dans la grange par Sage l’Ancien, le plus vieux cochon de la ferme.

Parmi eux, Malabar, Douce et Lubie, des chevaux de traits, Benjamin, un âne cynique peu disposé à être ouvert, Edmée, une chèvre blanche, Filou, Fleur et Constance, trois chiens, une chatte, des cochons, des moutons, des vaches, des poules, des canards, des oies et des pigeons. Il se produit alors un incident dans l’assemblée : des rats sortent de leur trou pour écouter Sage l’Ancien. Les chiens et le chat se jettent sur eux et Sage l’Ancien fait alors voter l’assemblée pour décider si, oui ou non, les rats, et les autres animaux sauvages, sont des ennemis. En fait, seuls les chiens et la chatte ont voté contre. Sage l’Ancien raconte enfin son rêve, tout en entonnant un chant révolutionnaire qui s’en inspire.