La terre et les paysans en France et en Grande-Bretagne aux XVIIe et XVIIIe siècles PDF

La famine est une situation dans laquelle la population d’une zone géographique donnée, ou seulement une partie de la terre et les paysans en France et en Grande-Bretagne aux XVIIe et XVIIIe siècles PDF population, manque de nourriture. Cet état peut provoquer la mort.


Cet ouvrage constitue une synthèse à partir de trois thèmes fondamentaux : les systèmes agraires; leur évolution et leurs mutations, les conditions de vie matérielles et sociales des paysans à l’époque moderne. L’auteur balaye l’ensemble du champ de la question de Capes/Agrégation 1999-2000, ouvre des pistes, fournit de très nombreuses références et tente des comparaisons. Ce livre est aussi un essai de géographie historique. Aucun autre ouvrage du même type, rédigé de manière aussi complète n’existait jusque-là.

Le mot famine est attesté en 1170 et est un dérivé de  faim . Les causes de la faim dans le monde sont multiples et interdépendantes. Ces deux types d’inaccessibilité trouvent leurs causes dans différents facteurs. Dans un système de libre marché, les prix sont définis par l’offre et la demande. La croissance démographique et la croissance des niveaux de vie dans les pays en développement font inéluctablement pression sur la  demande alimentaire . Deux facteurs supplémentaires participent à la pression sur la demande alimentaire: la demande en biocarburants et la spéculation.

Un dernier facteur doit sans doute être pris en considération lorsque la demande alimentaire est évoquée. En effet, s’il n’entraîne pas une augmentation de la demande dans le temps, il vient néanmoins gonfler celle-ci et fait donc pression sur les prix. L’évolution du prix du pétrole influence l’offre alimentaire. En effet, dans un système d’agriculture industrielle, cette augmentation entraîne celle les coûts de production à travers le coût des engrais et des pesticides. Politique agricole commune, en sont un exemple, elles permettent aux agriculteurs qui en profitent de pratiquer le dumping sur les marchés extérieurs.

L’inaccessibilité physique est également due au manque de rendement agricole et aux mauvaises infrastructures du Sud. Des capacités de stockage défaillantes entraînent une détérioration des récoltes. Les voies de transports insuffisantes rendent difficiles l’approvisionnement et le déploiement de l’aide d’urgence en cas de famine. Les conflits entraînent souvent la déportation des populations. Ils empêchent donc la culture des champs mais aussi les récoltes. S’ils ne détruisent pas les infrastructures, ils empêchent ou en rendent dangereuse leur utilisation.

La famine est un problème ancien. La Bible y fait référence comme un des Quatre cavaliers de l’Apocalypse. Dans l’Antiquité en Égypte les famines sont principalement provoquées par la trop faible ou forte crue du Nil. Les famines au Moyen Âge interviennent lorsque les récoltes sont mauvaises, en particulier pendant la soudure. La grande famine de 1693-1694 est due à un printemps et un été trop pluvieux en 1692, suivis en 1693 d’une récolte très médiocre, causant une sous-alimentation qui favorise les épidémies comme le typhus. La famine russe de 1891-1892 fait 2 millions de morts le long de la Volga, dans l’Oural, et jusqu’à la Mer Noire. Elle fut imputée à un hiver et un été secs mais aussi à la forte natalité et à la stratégie économique de l’Empire russe dont les exportations de blé, qui pouvaient alimenter suffisamment ces régions, n’ont pas été détournées au profit des affamés.

La famine russe de 1921 a fait environ 1,5 million de victimes, essentiellement dans la région Volga-Oural. La famine soviétique de 1932-33 a fait entre 6 et 8 millions de morts à travers toute l’URSS. Famine de 1992 en Somalie, une crise sanitaire aux impacts tant économiques que sur la santé des habitants. Une famine touche de 1967 à 1970, les populations du Biafra au Nigeria, avec plus d’un million de morts. En 1984, une grande famine en Éthiopie tue plus d’un million de personnes.

En 2005, au Niger, la malnutrition a touché plus de 3,5 millions de personnes dont 800 000 enfants. En 2005 selon la FAO environ 16 000 enfants dans le monde meurent par jour de maladies liées à la faim et à la malnutrition. La crise alimentaire mondiale de 2007-2008, ayant eu pour origine une forte hausse du prix des denrées alimentaires de base, plongeant dans un état de crise quelques-unes des régions les plus pauvres du monde et causant une instabilité politique et des émeutes dans plusieurs pays. 2011, une importante famine touche la Corne de l’Afrique avec des centaines de morts par jour. En février 2017, une situation de famine au Soudan du Sud est officiellement déclarée par l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture.

Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Les campagnes, ce qui semble paradoxal, souffrent parfois bien plus que les villes. Vivant sous la dépendance des marchands, des villes, des seigneurs, le paysan ne dispose guère de réserves. 3 milliards d’hommes serait menacée d’ici à 2100. En climat tempéré, les températures connues en 2003 pourraient devenir la norme. Peter Garnsey, Famine et approvisionnement dans le monde gréco-romain, Les Belles Lettres, 1996, p. L’eau pour la vie , traduit par le Bureau Régional de la FAO pour l’Afrique.

La civilisation de l’Occident médiéval, p. Comment les nationalistes ukrainiens réécrivent l’histoire , Le Monde diplomatique, août 2007. Les 900 terribles jours de la vie de Leningrad, infographie de Ria Novosti. Saïd Bouamama, Figures de la révolution africaine. Güllü Karanfil, Parlons Gagaouze : Une langue de Moldavie, « Introduction ». La Grande famine en Chine, 1958-1961, Seuil, 660 p.