La tradition celtique en Bretagne armoricaine PDF

Théodore Hersart de La Villemarqué dans le Barzaz Breiz plusieurs siècles plus tard sous le titre Le Prisonnier de guerre. Le Roman de Tristan est l’œuvre du Normand Béroul. La tradition celtique en Bretagne armoricaine PDF critiques diffèrent sur la date de sa rédaction. 1170, et que la deuxième partie a été rédigée plus tardivement.


Il constitue ce qu’on appelle généralement la  version commune  de la légende de Tristan. Le Tristan de Thomas d’Angleterre date de 1175. On l’a baptisé  version courtoise , en raison de la profondeur du développement de la psychologie des personnages. Cependant, la matière même du mythe de Tristan fait que cette version s’inscrit en opposition avec nombre de codes de la tradition courtoise. La Folie Tristan d’Oxford est généralement rattachée au roman de Thomas et la Folie Tristan de Berne à la version dite commune de Béroul.

Marie de France traite aussi cette histoire dans le Lai du Chèvrefeuille. Il a sans doute été composé entre 1160 et 1189. Lanzelet de Ulrich von Zatzikhoven, écrit vers l’an 1200, où Tristan est un chevalier de la cour d’Arthur. Dans Le Bel Inconnu de Renaud de Beaujeu, écrit également vers 1200, Tristan organise, avec le Roux de Montescler, le tournoi de Valedon, où s’illustrent de nombreux chevaliers, dont Tristan lui-même, Gauvain et surtout Guinglain, le fils de Gauvain. Le poète allemand Eilhart von Oberge compose entre 1170 et 1190, en grande partie d’après Béroul, la première version de l’histoire en moyen haut allemand, Tristrant. 1210, sans doute inspiré de la version de Thomas d’Angleterre. Tristan pour en faire un chevalier de la Table Ronde, à la cour du roi Arthur.