La vie mondaine sous le nazisme PDF

Fabrice d’Almeida, La vie mondaine sous le nazisme, Paris, Perrin, 2008, 529 p. The Nazi Image in Low-Brow Cinema and Culture, Continuum Publishing Corporation, 2011, 336 p. Rechercher les pages comportant la vie mondaine sous le nazisme PDF texte.


Ce livre constitue la première étude systématique sur les rapports entre la haute société allemande et les nazis. Les archives inédites, les carnets privés et les documents diplomatiques conduisent dans les coulisses du pouvoir, là où s’échangent des privilèges, des avantages fiscaux, des propriétés volées. Elles montrent comment les gens du beau monde se livrent à une course du zèle auprès de Hitler, comment les anciennes élites – à commencer par les fils du Kaiser – festoient en compagnie de parvenus et de quelle manière acteurs, aristocrates, technocrates de la SS, diplomates forment une étrange cour. Sur ce théâtre du pouvoir, ne manquent pas les femmes, persuadées d’avoir gagné en dignité ce qu’elles avaient perdu en droits civiques. De l’ascension de Hitler à sa chute, Fabrice d’Almeida brosse la fresque fascinante et dérangeante d’un groupe dont rien, ni la guerre, ni le pillage de l’Europe, ni les exterminations, ne vient troubler le cynisme et les loisirs – de la chasse aux régates, de l’opéra aux bals, des dîners au tennis. Mieux qu’une étude de genre ou qu’une chronique, ce livre lève le voile sur une société qui avait fait du secret la plus efficace des barrières.

La dernière modification de cette page a été faite le 15 novembre 2018 à 20:42. L’histoire se déroule à Vienne en Autriche en 1957, juste après que les troupes soviétiques ont quitté la ville. Dès sa sortie en 1974, le film suscita de nombreuses polémiques tant dans le milieu du cinéma que chez les intellectuels. Il fut critiqué pour son « esthétique nazie » et la mise en scène malsaine et théâtrale à caractère sexuel d’une victime et de son bourreau. Le film est ponctué de flash-back dérangeants qui exposent la relation sadomasochiste entre Max et Lucia, totalement déconnectée de la réalité atroce de l’univers concentrationnaire.

Le philosophe français Michel Foucault critiqua sévèrement cette vision sexualisée du nazisme, et de  l’amour pour le pouvoir , tout comme il critiqua, deux ans plus tard, le film de Pier Paolo Pasolini Salò ou les 120 Journées de Sodome. Le film fut censuré en Italie, interdit au moins de seize ans en France et classé X aux États-Unis. Le film fut de nouveau projeté en salles en France à l’automne 2012 dans une version restaurée. Par sa beauté dérangeante et onirique, ce film suscite toujours autant le malaise. Michel Foucault,  Anti-Rétro , entretiens avec P.

La Vie mondaine sous le nazisme, Paris, Perrin, 2007, 418 p. Rechercher les pages comportant ce texte. La dernière modification de cette page a été faite le 15 décembre 2018 à 09:35. Fabrice d’Almeida, La vie mondaine sous le nazisme, Paris, Perrin, 2008, 529 p.