Le capitalisme PDF

Des historiens, tels Fernand Braudel, font remonter les racines du le capitalisme PDF au Moyen Âge et illustrent l’évolution de cette  civilisation  dans le temps long de l’histoire. Pendant longtemps, les débats intellectuels et politiques sur la répartition des richesses se sont nourris de beaucoup de préjugés, et de très peu de faits.


Tyrannies, dictatures, monarchies, élections, pétitions, manifestations, mondialisation… En quoi tout cela te concerne-t-il ? Tout au long de l’Histoire, des hommes se sont battus pour le type de gouvernement qu’ils voulaient. Ils ont connu, au cours de leurs luttes, des moments dramatiques : manifestations, batailles de rues, exécutions, émeutes, guerres civiles… Cette collection présente les principales caractéristiques des grands systèmes économiques et politiques, choisis ou subis par les hommes. Elle aborde les problèmes qui ont aliment
les débats et les mouvements d’opinion. Chaque ouvrage dresse l’historique d’un courant politique ou économique : comment il s’est développé, comment il s’est adapté aux réalités et comment il influe sur la vie des hommes. La collection Systèmes politiques et économiques contient
• des textes de grande qualité écrits en langage clair et accessible
• des photographies, des cartes et des diagrammes
• des informations sur les principaux penseurs et dirigeants
• une chronologie, un glossaire et un index

Ses méthodes de validation, c’est-à-dire la manière d’accepter ou de refuser une conclusion, sont semblables à celles des autres disciplines scientifiques. Comme le montre Braudel, on trouve dès le Moyen Âge des premières manifestations du capitalisme  commercial  en Italie et aux Pays-Bas. Dans les grandes cités, les marchands de draps et de soieries développent ainsi des méthodes de gestion capitalistes. Ils effectuent des ventes en gros, établissent des comptoirs et vendent leurs produits dans l’ensemble des grandes foires européennes. Ces capitalistes s’enrichissent si bien qu’ils étendent leur  emprise économique  sur l’ensemble de l’Occident chrétien, créant ainsi ce que Braudel appelle une  économie-monde .

On peut remarquer que dès l’Antiquité, des systèmes identiques avaient été mis en place par les Phéniciens, les Grecs, les Carthaginois, les Romains. Dans les grandes villes spécialisées d’Europe, l’artisanat, tourné essentiellement vers le luxe nobiliaire ou l’exportation, est dominé par les négociants et drapiers, si bien que les rapports économiques entre artisans et marchands s’apparentent à du salariat. Les négociants contrôlent à la fois l’apport de matières premières en amont et la vente des produits finis en aval. La ville de Florence est un exemple du développement de la banque : on y trouve très tôt des banquiers qui développent des succursales à travers l’Europe. Parmi eux de grandes familles, telle celle des Médicis, renouvellent les rapports  privilégiés  entre le monde des affaires et le monde politique, nécessairement très liés à l’échelle d’une ville. C’est toutefois la création en 1409 de la bourse de Bruges, un hôtel consacré à l’échange de marchandises, lettres de change et effets de commerce, qui marque un tournant dans le développement des activités financières.

Cette pensée est précapitaliste : elle se soucie davantage de la puissance de l’État que du développement de la richesse privée. Toutefois, parce qu’elle contribue à promouvoir l’idée d’un développement volontaire, raisonné et construit de l’activité économique, en privilégiant les activités à rendements croissants, capables de dégager un surplus commercial lucratif, elle prépare les évolutions futures. Max Weber, dans l’Éthique protestante et l’esprit du capitalisme en 1905, considère que l’émergence du capitalisme moderne date de la Réforme. Selon Weber, le capitalisme occidental correspond à l’apparition d’un esprit nouveau, d’une révolution culturelle.