Le château et les chevaliers PDF

Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre. La construction de la forteresse s’inscrit dans la lutte que se livrent le château et les chevaliers PDF les années 1060 les rois de France et les rois d’Angleterre, alors ducs de Normandie.


Amuse-toi dans le monde magique d’un château plein de chevaliers ! Découvre la forteresse médiévale avec les tour de guet, les chevaux et le dragon !

Angleterre n’a pas le droit de fortifier l’endroit selon les termes du traité de 1196. L’échange était particulièrement favorable à l’Église. Richard installe le château sur un éperon rocheux dominant la Seine d’environ 90 mètres. Le site n’est toutefois pas l’endroit le plus haut du secteur puisqu’au sud-est s’étend un plateau qui le domine de 50 mètres. Le système défensif dépassait de loin la seule forteresse encore visible aujourd’hui et bloquait littéralement le fleuve. L’ensemble avait pour vocation de verrouiller la boucle de la Seine en amont de Rouen.

Cet aspect est assez bien connu grâce aux multiples fouilles et aux comptes de l’Échiquier de Normandie. Pressée par l’imminence d’un retour de la guerre, la construction du château prend moins de deux ans et en 1198, les travaux sont achevés. D’où les commentaires prêtés à Richard Cœur de Lion :  Comme elle est belle ma fille d’un an  et une autre fois : « Quel château gaillard ! Il se distingue par la complexité de son plan. Château-Gaillard s’organise en multiples volumes, emboîtés ou presque indépendants les uns des autres. L’objectif est clairement de multiplier les obstacles afin d’épuiser l’assaillant. Le donjon comptait trois niveaux mais l’entrée se faisait par le premier étage au nord-ouest via un long escalier de pierre aujourd’hui disparu.

L’ouverture de baies géminée, côté falaise, indique que la tour avait une fonction résidentielle en plus de son rôle défensif. Des celliers étaient creusés dans la roche du fossé, au pied de la chemise, et ils pouvaient assurer le ravitaillement d’une garnison pendant deux ans. Cette innovation ne fut pas imitée. Côté falaise, l’enceinte montre en revanche un mur plat et peu épais et se confond partiellement avec le donjon. Elle était entourée d’un fossé sec équipé d’obstacles, surmonté d’un rempart polygonal et de tours, dont il ne reste plus grand chose. Une chapelle de pierre, côté falaise, et des bâtiments domestiques se trouvaient à l’intérieur.

Il forme une partie quasi-indépendante du château puisque seul un pont mobile enjambant un fossé le reliait à la basse-cour. Il avait pour charge de renforcer la défense du côté le plus vulnérable de Château-Gaillard, c’est-à-dire du côté du plateau en surplomb. L’ensemble des éléments du château sont isolés par un fossé. De plus, il était dominé au sud-est par un plateau où l’on pouvait installer des machines de guerre. Archaïque par son assiette castrale, novateur par sa géométrie savante. Les érudits ont souvent expliqué que son architecture originale fut influencée par les châteaux syriens que Richard avait connus lors de la Troisième croisade. C’est notamment le cas de la muraille festonnée, du système de mâchicoulis sur arcs brisés portés par des contreforts inversés et du flanquement régulier des courtines par des tours circulaires.