Le Conseil interne – Porter le changement au sein de l’entreprise PDF

Le Conseil d’État comprend 231 membres en activité et 408 agents. Comment sont le Conseil interne – Porter le changement au sein de l’entreprise PDF les membres ? Et les agents du Conseil d’État ? Découvrez la justice administrative en France, son organisation et ses métiers.


Qu’est-ce que le conseil interne ? Pourquoi et comment l’utiliser ? Quels profils pour les consultants internes ? Quels sont ses avantages face au conseil externe ? Quand et comment les faire cohabiter ?
À partir d’exemples vécus de mise en place du changement en entreprise, ce livre propose des solutions de management, des choix d’organisation et des méthodes pour piloter les transformations de l’entreprise. Il invite à créer une sructure de conseil interne au service de la direction générale et des directions opérationnelles et à doter celle-ci des savoir-faire inspirés des méthodes du conseil externe.
S’appuyant sur le fruit de ses expériences comme praticien et formateur, l’auteur présente les bonnes pratiques à mettre en place afin que cette entité réussisse dans ses missions.
Concret et didactique, l’ouvrage s’adresse aux décideurs et acteurs des projets ayant un impact sur les organisations et à tous ceux qui ont pour objectif de rendre plus efficace l’adpatation permanente de l’entreprise aux évolutions de son environnement.

Informations contentieuses et actualités du Conseil d’État. Cet avertissement me paraît, dans une certaine mesure, aussi juste et pertinent aujourd’hui qu’il y a 42 ans. Pourtant, l’État et les personnes publiques, ce qu’ils sont et ce qu’ils incarnent, ne sauraient être réduits à quelques poncifs ou idées toutes faites sur leurs fonctions, leurs principes et leurs objectifs. L’idéal-type de l’État  moderne , sur lequel je souhaite me concentrer, s’incarne dans un pouvoir souverain sur un territoire délimité.

Cette représentation de l’État que vous avez aujourd’hui vocation à servir a profondément changé au cours des dernières décennies. Des transformations juridiques, sociales, politiques et économiques souvent radicales ont fait évoluer ses principes et ses fondements. Pourtant, l’État, pas plus que les autres acteurs publics, n’a disparu, ni n’a vocation à s’effacer à moyen terme. Je souhaiterais par conséquent vous livrer quelques pistes de réflexion sur ce sujet qui, je l’espère, vous permettront de mieux appréhender les missions éminentes qui vous attendent. L’État est confronté, depuis plusieurs dernières décennies, à de profondes mutations qui interrogent, voire mettent en cause, sa pertinence et sa légitimité. L’internationalisation du droit et la globalisation de l’économie mettent en doute sa capacité à demeurer un acteur pertinent des politiques publiques et de la promotion de l’intérêt général. Dans ce contexte, les États ne peuvent plus appréhender et résoudre seuls les nouvelles problématiques économiques, sociales, environnementales et juridiques qui se présentent à eux.

L’action étatique est limitée, voire dépassée, par des phénomènes globaux et par d’autres acteurs, tout aussi puissants, qui paraissent même parfois plus aptes à prendre en charge ces problématiques. L’État est aussi, de nos jours, affaibli par une perte de confiance dans sa capacité à pouvoir encore porter un projet collectif. Ce qui avait constitué la base de la citoyenneté moderne, à savoir la séparation entre la sphère publique et la sphère privée, entre la famille où règnent des individus et la cité où agissent des citoyens guidés par le service de l’intérêt général, est aujourd’hui fragilisé. Ne sachant plus, ou ne paraissant plus savoir porter les aspirations collectives de la société, l’État est comme frappé de désenchantement, ainsi qu’en témoigne la perte de confiance des citoyens dans la capacité de ce modèle à répondre à leurs aspirations.