Le Crépuscule des Otaries PDF

Vue de face, montrant la bouche. Malgré sa physionomie monstrueuse, le vampire des abysses n’atteint que 30 cm de longueur à le Crépuscule des Otaries PDF’âge adulte. Il ne représente aucune menace pour l’homme.


Avec ce nouveau recueil, Marc-Louis Questin nous invite à pénétrer les forces qui sont les siennes, empreintes de magie et d une puissance révélatrice de l inconscient. Poète illuminé au sens rimbaldien du terme, Marc-Louis Questin nous enjoint de voir qu au-delà du tourbillon de la métaphysique de-meure en lui cette incarnation qui fait de lui un Voyant tragédien. Ce poète sait se réapproprier les mythes par une puissance sans cesse renouvelée pour les réinventer dans un cercle magique, source d infini. Il cherche puis trouve instantanément ce qui constitue la réalité par le langage qu il superpose à des musiques internes faisant écho à la con-naissance intuitive. Marc-Louis Questin, et c est un paradoxe, ressent la poésie au-delà des mots, jusqu à déstructurer sa propre pensée, signe que ce poète transforme, élague jusqu à pouvoir se fondre en lui-même pour retrouver une forme de joie cosmique.

Les adultes ont une paire de nageoires, semblables à des ailettes ou des oreilles, en saillie sur les côtés latéraux de leur manteau. Lorsqu’il les agite, le vampire des abysses semble voler dans l’eau. Ses nageoires constituent son principal moyen de propulsion. Son puissant bec, blanc comme l’ivoire, est semblable à celui des calmars.

Le vampire des abysses est entièrement couvert d’organes produisant de la lumière, appelés photophores. L’animal a un grand contrôle sur ces organes, capables de produire des flashs de lumière toutes les fractions de seconde pendant plusieurs minutes pour désorienter les prédateurs. L’intensité et la taille des photophores peuvent également être modulées. Céphalopodes, mais sont peu développés chez le vampire des abysses. Ceci implique que l’animal est incapable de changer sa couleur de peau aussi rapidement que les Céphalopodes des eaux supérieures, mais une telle supercherie semble superflue dans l’obscurité de son habitat. 600-900 mètres de profondeur, voire plus.