Le dialogue familial PDF

Les guerres suivies de graves violations des droits de l’homme ont désacralisé le dialogue familial PDF vie et la famille. Elles ont particulièrement atteint la femme et l’enfant. Plusieurs femmes violées ont été répudiées par leurs époux.


L’ouvrage montre comment les différents acteurs : conjoints, parents, enfants, adolescents, se débrouillent avec l’objectif paradoxal d’échanges égalitaires non seulement entre les sexes mais aussi entre les générations. Il rappelle que la question du pouvoir reste centrale au sein de la sphère privée, alors qu’est affirmé pour chacun l’objectif de sa réalisation personnelle et de son épanouissement. Pris dans ces tiraillements, le dialogue s’affirme d’autant plus comme une nécessité pour l’équilibre familial, mais il se révèle en bien des cas un idéal précaire. Gérard Neyrand, sociologue, est professeur à l’université de Toulouse, membre de l’équipe d’accueil Sports, organisations, identités (SOI), directeur du Centre interdisciplinaire méditerranéen d’études et recherches en sciences sociales (CIMERSS) à Bouc-Bel-Air.

SIDA ou par le fait des lésions et des infections qui ont sensiblement atteint leurs organismes et affaibli leurs psychologies. Mettant le sens de la vie et la famille en danger, le phénomène du viol, utilisé par des militaires comme arme de guerre, est aussi en train de se développer chez les civils et même au sein des familles à cause de l’impunité régnante dans le pays depuis de longues années. Un autre effet majeur et regrettable de ces guerres et de ces graves violations des droits de l’homme est d’avoir engendré la pauvreté et la misère. D’avoir contribué à la disparition de plusieurs emplois et activités génératrices de revenus pour les familles et les ménages. C’est dans ce contexte, au sein d’un espace de discussion entre Chercheurs sur la protection et la consolidation de la famille, qu’il m’a été demandé de réfléchir sur « la problématique du droit de la femme mariée au travail, de sa capacité à prester ses services dans le cadre d’un contrat d’embauche face à ce qui apparait comme une sorte de contrainte pour elle, à savoir : une préalable autorisation maritale, une opposition maritale, mais aussi face aux défis familiaux qui s’en dégagent ».

310 du 09 août 1967 qui a rompu avec le passé en faisant progresser les débats sur la capacité professionnelle de la femme mariée, parlait plutôt de « l’opposition » et non de « l’autorisation » maritale. La prise de position du législateur de 1967 révélait ainsi l’institution d’un régime de liberté professionnelle, mais sous réserve de l’opposition expresse du mari. Elle a permis à la femme mariée de recouvrer sa liberté quant aux engagements professionnels qu’elle pouvait conclure, contrairement à l’époque coloniale et sous la première République où la femme mariée avait nécessairement besoin d’une autorisation maritale pour engager ses services. On était donc déjà avancé en 1967 sur la question de la liberté de la femme en matière d’embauche. 2002 sur la capacité ou l’incapacité juridiques de la femme mariée à pouvoir travailler dans le cadre d’un contrat d’embauche.