Le leadership du Brésil en Amérique du Sud PDF

Avec 189 États membres, des collaborateurs issus de plus de 170 pays et plus de 130 antennes à travers le monde, le Groupe de le leadership du Brésil en Amérique du Sud PDF Banque mondiale est un partenariat sans équivalent : cinq institutions œuvrant de concert à la recherche de solutions durables pour réduire la pauvreté et favoriser le partage de la prospérité dans les pays en développement. Le Groupe de la Banque mondiale œuvre dans les domaines clés du développement. Grâce à son éventail de produits et services, il aide les pays à échanger leurs connaissances et à appliquer des solutions innovantes pour surmonter les défis auxquels ils sont confrontés.


La question centrale de cet ouvrage porte sur le rôle joué par la puissance brésilienne dans son espace régional et la manière dont elle participe à la construction d un nouveau schéma intégrationniste. L auteur s attache aussi à comprendre la place occupée par le sous-continent dans la stratégie d insertion internationale du Brésil.

Alors que la lutte contre la pauvreté et le partage des fruits de la croissance économique posent d’immenses difficultés, les données et les travaux de recherche permettent de fixer des priorités, de mutualiser les connaissances sur les solutions efficaces et de mesurer les progrès accomplis. La nouvelle édition du rapport sur l’environnement des affaires recense 314 réformes pour l’année passée : un nouveau record dans la simplification des démarches administratives pour le secteur privé. D’ici 2025, ce plan d’action va mobiliser 200 milliards USD pour renforcer les mesures d’adaptation et la résilience dans les pays les plus pauvres. En 10 ans, et avec un volume qui dépasse 500 milliards USD, les obligations vertes ont déclenché une révolution dans la manière d’envisager la durabilité et la finalité des placements en titres liquides. Le GFF s’emploie à augmenter et mieux cibler les investissements dans la santé, avec une approche innovante. Dans le nouveau rapport sur les évolutions de la pauvreté dans le monde, l’analyse va au-delà des mesures monétaires de la pauvreté pour comprendre l’impact du manque d’accès à des services convenables d’eau, d’assainissement, d’éducation ou d’électricité sur la qualité de vie d’une famille.

13 des 20 plus grandes économies ont mis en place au moins une procédure pouvant être mise en œuvre en ligne en une demi-journée. Etant donné que les pays à revenu intermédiaire comptent davantage de pauvres que les pays à faible revenu, de nouveaux seuils de pauvreté, plus élevés, ont été adoptés. La prospérité partagée est positive dans 70 des 91 pays pour lesquels des données sont disponibles. Au cours de la période 2010-2015, ceux qui se trouvent au bas de l’échelle ont connu une croissance positive de leur revenu dans la plupart des pays. La lutte contre la pauvreté est au cœur de nos activités. Les mesures que nous concevons, en lien étroit avec les États, aident les plus pauvres à améliorer leurs conditions de vie, via l’accès à des services sociaux, des infrastructures et des emplois. Avant l’ajout de l’Afrique du Sud en 2011, le groupe était appelé BRIC, terme initial inventé en 2001 et qui a conduit à l’organisation des premiers sommets à quatre pays en 2009.

Mexique, sans qu’il ne soit membre du groupe. Parmi les cinq pays composant les BRICS, la Chine, l’Inde et le Brésil sont considérés comme les grandes puissances émergentes actuelles. La Russie est une puissance en voie de restauration. Quant à l’Afrique du Sud, il s’agit encore davantage d’une puissance régionale. BENIVM pour prendre le relais des BRICS en termes de croissance économique.

Les dirigeants des pays du BRIC lors du sommet à Iekaterinbourg en 2009. De gauche à droite : Manmohan Singh, Dmitri Medvedev, Hu Jintao et Lula da Silva. Chine, États-Unis, Inde, Brésil et Russie. Il faut noter que depuis cette étude menée en 2007, les estimations pour les pays du BRIC ont été revues à la hausse. Alors qu’en 2013, les pays composant les BRICS représentaient déjà pour la plupart les plus grandes puissances économiques du monde, ils devraient être amenés, selon les prévisions, à gagner encore plus de poids sur la scène internationale dans les décennies à venir. En 2012, la banque HSBC a réalisé un classement des pays qui devraient dominer l’économie mondiale en 2050.

Le classement montre que l’avènement des pays en développement aura eu lieu et que certaines nations occidentales actuellement dominantes auront été devancées. Ainsi,  en 2050, les États-Unis seront définitivement déchus de leur titre de première puissance mondiale. Article détaillé : Émergence de la Chine comme superpuissance. Avec des échanges commerciaux s’élevant à 4 160 milliards de dollars en 2013, la Chine a devancé la même année les États-Unis en prenant la place de première puissance commerciale au monde. 1 950 milliards, selon des chiffres publiés en 2013 par les douanes. Article détaillé : Émergence du Brésil comme superpuissance. Le Brésil est la troisième économie des BRICS et la principale puissance économique du continent sud américain.

Allemagne, la France, le Royaume-Uni ou encore les États-Unis. Avec l’Inde et la Chine, le Brésil est l’un pays qui a connu le plus important taux de croissance entre 2007 et 2010. Le géant d’Amérique latine est aujourd’hui la 7e puissance mondiale et possède le 7e plus gros PIB du monde, juste devant la Russie. Le PIB du Brésil a augmenté de manière considérable en l’espace de dix ans. En 2013, le Brésil fait désormais partie de ces grandes puissances puisque son PIB s’élève aujourd’hui à plus de 2 215 milliards de dollars. Article détaillé : Émergence de l’Inde comme superpuissance. L’Inde reste le pays des paradoxes.