Le Pain et le Cirque: Sociologie historique d’un pluralisme politique PDF

Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre. La gladiature ne fait pas partie des ludi et le Pain et le Cirque: Sociologie historique d’un pluralisme politique PDF d’un calendrier propre, les munera.


Ce livre est consacré aux aspects irrationnels et oubliés de la politique. Pourquoi distribuer du pain et du cirque au peuple dans une antiquité qui ne ressemble guère à celle des humanistes ? Dès qu’on sort des réponses toutes faites, les questions se multiplient. La « dépolitisation » n’est pas l’apolitisme, l’« expression » n’est pas l’information, la « consommation ostentatoire » est aussi bien un narcissisme. La clé du livre est la notion équivoque de symbole : une satisfaction symbolique est tantôt une satisfaction qui renvoie à autre chose, tantôt une satisfaction qui se suffit à elle-même et que nous qualifions un peu légèrement de « platonique ». Mieux vaudrait la dire « imaginaire » au sens des psychanalystes et évoquer la lutte interne des consciences selon Hegel. Seulement les options humaines sont le plus souvent hétérogènes entre elles : quand il faut choisir entre des options hétérogènes ou discontinues, les hommes font de nécessité vertu. Il y a bien l’idéologie, mais y croit-on vraiment ? Et, dans ce cas, que veut dire « croire » ?

Sous la république romaine, Rome n’avait pas de Ludi à proprement parler, mais certains jours de célébration remplissaient la même fonction. Les courses hippiques étaient les activités les plus prisées de ces jeux, mais dès cette période, les concours d’athlétisme sont attestés. Il s’agissait d’une fête sportive de quartier. La boxe et la course à pied étaient aussi au programme. Tous les cinq ans avaient lieu les Ludi taurei au Cirque Flaminius. Ces jeux comportent seulement des courses de chevaux, il y avait un débat pour savoir si les chevaux étaient attelés, montés ou les deux. Les Ludi magni ou Romani sont les jeux les plus prestigieux du calendrier sportif romain.

Courses de chars, boxe, athlétisme, lutte étaient au programme sportif. Les Ludi Plebeii, pendant des jeux Romains, n’avaient pas lieu au Circus Flaminius comme on l’a longtemps cru. La deuxième guerre punique marque un virage pour les Romains qui multiplient désormais les Ludi. Les premiers grands jeux nés de cette crise sont les Jeux apollinaires qui se tiennent pour la première fois en 212 av. Les Ludi megalenses deviennent annuels en 191 av. Les Ludi florales deviennent annuels en 178 av. Ils se tiennent du 28 avril au 3 mai.