Le Pays où l’on n’arrive jamais : . André Dhôtel PDF

Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre. La robe pie est, dans le domaine de l’hippologie, une couleur de robe du cheval avec de nombreuses taches blanches le Pays où l’on n’arrive jamais : . André Dhôtel PDF d’une autre couleur plus foncée.


Cheval possédant différents gènes de robe pie. La robe pie du cheval consiste en des taches blanches réparties sur une robe colorée, jamais l’inverse. Sous les parties blanches, la peau du cheval est rose tandis que sous les parties au pelage coloré, elle est foncée. Chacun a une répartition des couleurs et des taches différentes. Cette répartition est appelée patron de robe. Il existe ainsi le gène tobiano, le gène frame, le gène sabino, le gène splashed white, et le dominant white.

Photo d’un amérindien nord-américain par Edward S. Curtis, prise entre 1907 et 1930. Les plus anciens chevaux pie seraient attestés en Égypte 3000 ans av J. Europe, il ne se trouve quasiment aucun sujet de robe pie. La plupart des stud books interdisent cette robe. Les Amérindiens sont réputés pour sélectionner des chevaux pie, par opposition aux cow-boys qui préfèrent les montures à la robe unie. Aujourd’hui, la tendance s’est inversée et de nombreux éleveurs, américains comme européens, se sont spécialisés dans les chevaux dits de couleur car ils plaisent aux cavaliers de loisir.

Le tobiano est la robe pie la plus courante. Le blanc traverse la ligne du dos et n’atteint généralement pas la tête. On trouve souvent quatre balzanes blanches haut chaussées et des crins blanc. La limite entre la couleur et le blanc est régulière et bien nette. La robe overo est déjà plus rare. Le blanc ne traverse pas la ligne du dos mais atteint très souvent la tête.

Les balzanes sont généralement incomplètes car elles ne font pas tout le tour du membre. Les crins sont panachés de blanc. La limite entre les taches et le blanc est plus irrégulière que chez les tobianos. Une anomalie génétique accompagne les chevaux porteurs du gène dominant overo. Cela rend la robe plus rare que le tobiano, du fait qu’il n’existe aucun cheval vivant porteur de deux gènes overo.