Le Râmâyana PDF

Elle se poursuit par l’offrande de fleurs fraîches, de denrées, d’encens, accompagnée de musique et de la le Râmâyana PDF de mantras. S’il s’agit d’une statue ou d’un lingam, le pujari l’oint d’huile, de camphre et de pâte de santal et la recouvre de guirlandes.


Un vaste poème épique, un chef-d’oeuvre de la littérature sanskrite.

Le lingam est lavé de lait et d’eau sacrée comme celle en provenance du Gange. Le liquide ainsi versé se répand dans la yoni. Puis, il est oint de ghi, de pâte de santal et orné de fleurs. Le darshan marque le point culminant du rite, lorsque la divinité se révèle à tous. La pûjâ est célébrée dans les temples par les brahmanes. Dans le foyer, le chef de famille assure la pûjâ.

Dans la société hindoue, la puja tient un rôle essentiel. C’est un acte central et quotidien de l’hindouisme. Le linga en lui-même n’est pas vénéré. Les lingayats considèrent que le Lingam est Dieu en personne, Shiva, L’Infini omniprésent.

On distingue les linga fabriqués par la main de l’homme et ceux nés d’eux-mêmes, trouvés dans la nature, les svayambhu-linga. Un linga se divise en trois parties. La première, cachée dans le piédestal, carrée, incarne Brahma. La seconde est octogonale et enserrée par la yoni, elle représente Vishnou. La dernière se dresse au-dessus de la yoni, symbolisant Shiva. Le linga est vénéré au cours des puja, il est oint de ghi et reçoit des offrandes. Dans la tradition hindoue, temples et maisons ont tous leurs autels devant lesquels le prêtre, la famille, les amis de la famille viennent faire leur puja en l’honneur des dieux et des divinités.

La puja occupe une place importante parmi les rituels quotidiens des hindous. L’autel devant lequel se déroule la cérémonie comporte une ou plusieurs statues, une ou plusieurs images qui représentent le dieu ou la déesse du lieu. Cette divinité peut être Krishna, Lakshmi, la déesse de la beauté et de l’intelligence, Ganesh, le dieu à tête d’éléphant, qui porte chance et éloigne les obstacles, ou encore tout autre divinité hindoue. Si, le plus souvent, les cérémonies sont accomplies dans la maison familiale ou dans le temple, elles peuvent aussi être réalisées dans la rue, à une croisée de routes, aux pieds d’un sage, appelé en Inde guru, lequel peut représenter une divinité vivante. Dans des occasions très solennelles, la cérémonie comporte musique, danse et procession dans les rues de la ville. Il exprime de la gratitude envers le bouddha, ou une déité, forme pure de l’esprit, telle que Tchenrézi, personnifiant la compassion, Manjushri, la sagesse, etc.

Il existe deux types de puja dans le jaïnisme: les pujas extérieures à soi: les dravya pujas, et les pujas intérieures, pratiquées par le cœur et l’intellect du croyant: les bhava pujas. The A to Z of Jainism de Kristi L. Rechercher les pages comportant ce texte. La dernière modification de cette page a été faite le 6 novembre 2018 à 18:49. Les Éditions Âgamât sont heureuses de vous présenter leur catalogue.

Antiquité continue de l’être et le sera encore dans les siècles à venir. Ariane, traverse le temps, maintient l’harmonie et sert de support à l’évolution. Son objet : publier des ouvrages se rattachant à une tradition authentique dont le message est suffisamment universel pour atteindre l’homme et la femme d’aujourd’hui. Le Prasat Hin Phimai est le plus important temple khmer situé dans la Thaïlande actuelle. C’est un sanctuaire du bouddhisme Mahayana. Nakhon Ratchasima : Muang Phimai était jadis une ville importante de la région.

Muang Phimai était historiquement une ville importante pour la Thaïlande et pour le sud-est asiatique. Connue sous le nom de Vimayapura, Phimai est située près de la Mun, la voie navigable la plus importante de la région nord-est de la Thaïlande, l’Isaan. Des ruines de temples bouddhistes et des statues de Bouddha datant de cette période ont été découvertes dans de nombreux endroits. Phimai devint une cité beaucoup plus grande, servant de centre administratif et de communications. La cité adopta un aspect khmer, se développant autour de son point central, l’important sanctuaire bouddhiste Mahayana qu’était le Prasat Hin Phimai. Ce sanctuaire avait ses propres caractéristiques architecturales. Construits par ceux qui étaient au pouvoir, ces lieux d’adoration étaient souvent des extensions de structures religieuses plus anciennes.

Les prasat hin sont en général construits en grès rouge ou de couleur crème extrait de carrières locales. Les fondations sont souvent en latérite, et les toits étaient probablement décorés avec du cuivre. Le Prasat Hin Phimai est un sanctuaire du bouddhisme Mahayana, le plus grand temple khmer de Thaïlande. Suryavarman I, un roi de l’empire khmer.