Le roman de Renart tome 1 PDF

Un article de Wikipédia, l’encyclopédie le roman de Renart tome 1 PDF. Maître du Roman de la Rose de Vienne, ÖNB, Cod.


Renart est le maître des mauvais tours. Ysengrin le loup, l’ours Brun et même Noble, le roi lion, l’ont appris à leurs dépens. Parfois, Renart rencontre plus malin que lui et il est battu à son propre jeu par des animaux aussi inoffensifs que Chantecler le coq ! Le Roman de Renart propose une critique savoureuse de la société médiévale à travers les aventures du goupil, qui s’attaque surtout aux sots, aux avares et aux puissants.

Le Roman de la Rose est une œuvre poétique française médiévale de 21 780 vers octosyllabiques sous la forme d’un rêve allégorique. C’est l’avis de nombreux spécialistes comme Michel-Marie Dufeil, Louis, Jean Batany. Guillaume de Lorris, énergique et savoureuse chez Jean de Meung. Il faut souligner l’intérêt psychologique de la première partie et la valeur intellectuelle et encyclopédique de la seconde.

La continuation du Roman de la Rose par Jean de Meung est disponible, traduite en français moderne par André Lanly, à la Librairie Honoré Champion. Le texte d’époque, quant à lui, est d’approche plus ardue pour qui n’a pas été formé à l’ancien français, hormis quelques mots qui ont peu changé. La première partie conte la cour d’un homme à son aimée et ses tentatives de pénétrer dans un jardin clôturé symbolisant la belle. La seconde présente une discussion plus philosophique de l’amour ainsi que des digressions sur des sujets variés tournant parfois en dérision certaines idées et sentiments exprimés par Guillaume de Lorris.

L’ouvrage débute par un préambule printanier situé cinq ans plus tôt. Amour siège dans un jardin clos, vices et défauts sont représentés par des personnages allégoriques rejetés à l’extérieur des murs. Ainsi Danger représente la contrainte exercée par le mari ou le jaloux. Danger, Honte et Male-bouche en gardent les portes et que l’Amant est rejeté à l’extérieur.

Le livre se présente comme une conversation plaisante et instructive, de caractère philosophique, avec des interlocuteurs successifs divers. Il étoffe ainsi le personnage de la Vieille, la geôlière de Bel-Accueil, qui devient ici une horrible duègne. Mais on n’oubliera pas qu’une des idées les plus chères de Jean de Meung, c’est que le véritable amour doit être désintéressé et naître d’un cœur pur. Cette seconde partie ne philosophe pas que sur l’amour. Tant que la mort les en délivre. MS Hunter 409, page folio 57v, V.