Le Temps des héros PDF

Le Temps des amours est un roman autobiographique inachevé de Marcel Pagnol, publié en 1977 à titre posthume. Le Temps des amours se compose de dix chapitres, retrouvés dans les dossiers de l’auteur après sa mort, et réunis en l’état par l’éditeur Bernard de Fallois. Un bon nombre de ces textes avaient toutefois acquis leur forme définitive, Marcel Pagnol ayant le Temps des héros PDF leur publication dans quelques magazines.


Cette anthologie, sans équivalent par son ampleur, offre un vaste aperçu des épopées, chants et récits les plus célèbres, contés ou écrits à travers les temps. De L’Épopée de Gilgamesh, la plus ancienne de l’histoire de l’humanité, aux Lusiades des avancées maritimes portugaises qui découvrirent des  » étoiles nouvelles « , elle retrace cinq mille ans de légendes et mythes fondateurs des civilisations : œuvres majeures comme Le Livre des rois (Perse) ou le Mahâbhârata (Inde), Le Dit des Heiké (Japon) et d’autres moins connues, issues de Russie, du Caucase, des Balkans, de Chine, du Vietnam, d’Orient ou d’Afrique. Le genre épique, que précèdent seulement les textes sacrés, se trouve à la source de la plupart des grandes littératures universelles. Création presque toujours anonyme, il relate, au sens propre, des faits dignes d’être contés. Conçu à des époques où la force physique et, d’une façon générale, les vertus martiales étaient à la fois hautement prisées et nécessaires, il est centré sur la figure du héros. Gratifié d’une naissance hors du commun, presque toujours doté d’une force surnaturelle ou bénéficiant de vertus magiques, le héros s’affirme à travers une série d’épreuves. Luttant contre le chaos, il restaure l’ordre et succombe de façon tragique. Tel est, si l’on s’en tient aux grandes lignes, le destin du héros épique. Il n’est pas étonnant que Gérard Chaliand, grand reporter, homme d’aventures et d’expériences fortes, se passionne de longue date pour la littérature épique. Son propre itinéraire n’a cessé de l’entraîner sur les grandes routes du monde, où il a croisé quelques-unes de ces figures héroïques dont ses lectures d’enfance lui avaient déjà donné un avant-goût.

La plus grande part relate des épisodes de sa vie de demi-pensionnaire au lycée Thiers de Marseille où il est entré en 1905, panachés d’aventures de vacances dans ses chères collines, et où les amours, platoniques, n’apparaissent finalement que dans un seul chapitre, consacré à Lagneau. La Société secrète : présentation des principaux acteurs de sa nouvelle vie en classe de sixième, qui supplante sa vie familiale. Pagnol y décrit à merveille le besoin inné de l’adolescent de se créer une société cachée, sorte de cocon où l’insecte peut achever sa première métamorphose. L’affaire des pendus : En classe de cinquième, Marcel découvre dans la foulée l’ablatif absolu, la punition scolaire et l’amitié de Lagneau. La tragédie de Lagneau : Dans ce long chapitre, c’est Marcel qui met son génie de l’intrigue au service de son ami.

Pour que les gens méritent notre confiance, il faut d’abord la leur donner. La partie de boules de Joseph : Les vacances aux Bellons avec un émouvant revenez-y du fameux coup du roi de La Gloire de mon père. Zizi : En classe de quatrième, au-delà des gags scolaires, il apprend que même une tricherie basée sur la copie des auteurs développe le goût du travail et l’ingéniosité. Je suis poète : Tout en s’excusant de la vanité de s’être cru poète à 13 ans, Marcel nous confirme sa fascination de la magie des mots et des sons, le génie de leur choix judicieux et un talent inégalé pour leur explication à la fois imaginative et redoutablement pertinente. Rencontre d’Yves : c’est la rencontre du personnage qui va réunir les deux mondes chers à Pagnol, l’école érudite et les collines sauvages, amitié tardive qui condense celle d’un Lili et d’un Lagneau. Ce chapitre est aussi le maillon de transition avec le suivant.