LE TRAVAIL. Une valeur en voie de disparition PDF

Cet article est une ébauche concernant l’économie. Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion. Son étude économique est faite par l’économie du travail, LE TRAVAIL. Une valeur en voie de disparition PDF étude sociologique correspond à la sociologie du travail, et son cadre juridique est le droit du travail. Il est fêté en certains pays le 1er mai.


Paru en 1995 sous un titre qui suscita la polémique, Le Travail. Une valeur en voie de disparition a été perçu comme un manifeste contre le travail et une prophétie annonçant le déclin de la valeur travail. Le débat qui s’est alors ouvert, auquel fut associé, notamment, Jeremv Rifkin, ne s’est depuis plus refermé. Dominique Méda y revient, quinze ans plus tard: la valeur travail s’est-elle dégradée ? Faut-il réhabiliter le travail? Est-ce la fin du travail ? Elle précise les raisons pour lesquelles le débat auquel elle invitait alors – comprendre si le travail peut ou non, en régime capitaliste, devenir une oeuvre à la fois individuelle et collective – n’a pas pu avoir lieu. Cet ouvrage démontre, en mobilisant les principaux textes philosophiques et l’histoire des idées politiques, comment le travail est devenu une valeur centrale. Il invite à remettre sur le métier la question lancinante du rôle que tiennent l’échange économique et le travail dans la fabrique du lieu social. Il propose enfin une voie pour permettre à tous les membres de la société, hommes et femmes, d’accéder non seulement au travail – un travail décent ou soutenable -, mais aussi à l’ensemble de la gamme des activités, qu’elles soient amicales, politiques, parentales ou de développement personnel, qui constituent le bien-être individuel et social.

L’Église catholique fête également à cette date Saint Joseph, patron des travailleurs. Une autre explication est développée dans la suite du paragraphe. Du Cange relate le mot tribulagium qui désigne une corvée due au seigneur consistant à écraser le blé pour faire de la farine où à broyer des pommes pour faire du cidre. Chez elles, le travail semble avoir perdu tout caractère de peine. Puis, le terme  Travail  refoule progressivement les deux termes usités au Moyen Âge : Labeur et Ouvrage.

Le travail signifie  Se donner de la peine pour . Ce périmètre inclut les tâches ménagères, mais exclut par exemple la toilette. Ces dimensions contradictoires coexistent et fondent la diversité des interprétations du travail et des conflits sur la définition du travail. Le travail forcé comprend l’esclavage, les corvées, et les peines de travaux forcés. Dans le cadre d’activités marchandes, le travail libre est fourni par les travailleurs indépendants. Le travail est un élément important pour l’appartenance des individus à une société, ce qui explique le désarroi d’une partie des chômeurs involontaires.

La double dimension contradictoire du travail, à la fois source d’aliénation et acte social porteur d’émancipation. Les Économistes atterrés, Faut-il un revenu universel ? L’esclavage a été utilisé au cours de l’Antiquité pour accomplir les tâches les plus dures. Parallèlement au travail libre, existait le servage, lequel instaurait une obligation de travail pour les paysans envers leurs seigneurs.

Elle est caractérisée par la généralisation du salariat. Les règles du travail sont déterminées par le code du travail et s’imposent aux employeurs comme aux salariés. Chacun se doit de respecter les lois et la réglementation du travail. En France, le corps de l’inspection du travail est chargé de veiller à ce respect, au besoin en faisant appel à la Justice. Employeurs ou salariés du privé peuvent aussi faire appel au conseil de prud’hommes pour trancher un litige.

D’autres, plus rares, se livrent à une critique du travail lui-même, dès lors qu’il est vécu non plus seulement comme une simple contrainte mais comme une véritable aliénation. Notamment Paul Lafargue, gendre de Marx, qui publie Le Droit à la paresse en 1880. Il propose alors, par un retour sur nos actes et notre conscience, de  décoloniser l’imaginaire . En montrant que ce qui compte comme du travail est un enjeu primordial dans le processus de production des hiérarchies sociales et sexuées, il a permis de dénaturaliser la catégorie travail, la partition des sphères privée et publique sur laquelle elle repose, et les exclusions qu’elle produit. Inconcevable critique du travail, analyse sociologique des conséquences de l’activité humaine, par Christophe Dargère, Éd.

Les politiques de l’emploi par Liem Hoang-Ngoc, Éd. Travail dans vingt ans, Rapport de la Commission présidée par Jean Boissonnat, Éd. Pourquoi nous travaillons, par Jean Fourastié, Éd. La machine et le chômage, Progrès technique et Emploi, par Alfred Sauvy, Éd. Du temps pour vivre La semaine de 4 jours à la carte, par Pierre Larrouturou, Éd. L’allergie au travail, par Jean Rousselet, Éd. La fin du travail par Michel Drancourt, Éd.