Les amarres larguées PDF

Une torpille est un engin automoteur, se déplaçant dans l’eau et destiné à la destruction les amarres larguées PDF navires ou de sous-marins. Elle peut être lancée depuis un navire, un sous-marin, un avion de patrouille maritime, un hélicoptère ou encore portée par un missile.


Larguer les amarres, partir, commencer une navigation…Émigrer, c’est cela : un moment unique et définitif, qui brise la continuité de l’existence et oblige à donner un autre sens à la vie.Car un retour au sens primitif et naïf que les choses avaient avant ne sera plus possible.Umberto Vidali évoque ici son départ et illustre sa recherche longue et difficile d’une continuité personnelle, à rétablir chaque jour dans un monde qui change. Cette recherche rapproche l’émigré de tous ceux qui sont confrontés au provisoire, à l’incertain: les « sans patrie », les déracinés, les blessés de la vie.Elle a préparé l’auteur à son engagement dans le domaine social en Europe.

Hasan al-Rammah, chimiste arabe originaire de Syrie. L’engin volait et flottait au-dessus de l’eau en utilisant l’effet de sol vers le navire visé par son servant. C’est ce dernier sens qui prévalut après la généralisation des torpilles automobiles. La torpille moderne fut inventée en 1776 par David Bushnell. Angleterre les 14 et 15 octobre 1805, consistant à approcher d’un navire, à l’aide de chaloupes, des charges explosives maintenues entre deux eaux et à les faire glisser sous le bâtiment visé en s’aidant du courant de la marée.

L’entreprise ayant été un succès, il la renouvela dans le port de New York en 1807. Mobile, soit être portées par une embarcation au bout d’une hampe. Le 21 août 1863, une première attaque est faite contre le cuirassé New-Ironsides par une chaloupe à vapeur, repoussée au canon. La seconde, le 5 octobre, toujours contre le New-Ironsides est effectuée par le semi-submersible CSS David avec une charge de torpille insuffisante. En 1864, un sous-marin confédéré CSS H.

En 1885, à Shei-Poo, deux torpilleurs français coulent deux bâtiments chinois à l’aide de leurs torpilles portées. L’engin, bourré de poudre, se déplaçait à la surface de l’eau sur une distance pouvant atteindre un kilomètre et explosait dès qu’il touchait sa cible. Son efficacité destructrice contre la marine adverse demeure inconnue. L’idée est reprise et développée par le capitaine de frégate autrichien Giovanni Biagio Luppis qui est considéré comme l’inventeur de cette arme. Robert Whitehead, directeur de la Stabilimento Tecnico Fiumano avec lequel il passe un accord pour le développement du  salvacoste . Whitehead prépare un nouveau prototype, mais conclut assez rapidement que l’idée n’est pas viable.

Le 21 décembre 1866, la première torpille automobile est officiellement présentée aux autorités austro-hongroises pour une évaluation. 3,35 mètres et un poids de 146 kg dont 8 kg d’explosif. En 1891, l’amiral américain Howell perfectionna la torpille Whitehead en remplaçant la propulsion à air comprimé par l’énergie accumulée dans un volant d’inertie lancé à 10 000 tours par minute avant l’envoi de la torpille. Outre une discrétion considérablement accrue en matière visuelle et sonore, l’effet gyroscopique du volant garantissait à l’engin une trajectoire rigoureusement rectiligne. La généralisation de l’emploi de gyroscopes pour maintenir une trajectoire rectiligne améliora grandement la précision par la suite. Elles sont l’arme principale des sous-marins et de certains navires de guerre. Type 93 dont le type 2 fut construit à 400 exemplaires dont 100 furent utilisés dans des missions suicides contre les navires de la flotte des États-Unis dans la période 1944-1945.

Le développement après la Seconde Guerre mondiale de torpilles guidées a permis de les employer également contre les sous-marins. Les torpilles ont une forme allongée et cylindrique, mesurent typiquement aujourd’hui environ 6 m de long pour 30 à 70 cm de diamètre, pesant une tonne environ. Dans les torpilles d’exercice, l’explosif est remplacé par un poids équivalent : enregistreur de données et système de trajectographie. La cible est alors détruite à la suite d’une voie d’eau, explosion des réserves de munitions ou du carburant. Il s’agit de faire exploser la torpille sous le navire ennemi, ce qui requiert un bon ajustement de la profondeur de la torpille, qui doit passer à quelques mètres seulement sous celui-ci.

L’explosion soulève alors le navire, et les gaz résultants forment une bulle sous ce dernier. Les torpilles modernes sont les armes marines les plus efficaces mais elles bénéficient d’une portée bien plus faible que les missiles antinavires. Par ailleurs leur lenteur et leur niveau sonore réduisent leur portée efficace à des niveaux biens moindres que leur endurance théorique. Les systèmes de propulsion sont l’objet de secrets technologiques stratégiques, et les détails de réalisation sont difficiles à obtenir. Les premières torpilles, possédant un système de stabilisation gyroscopique, n’avançaient qu’en ligne droite à profondeur et vitesse constantes.

Le lancement devait donc être orienté dans la bonne direction, et à un moment précis. Des calculateurs analogiques très ingénieux furent développés à ces fins, ce qui ne dispensait pas les officiers d’armes de longues années de formation, afin d’évaluer une solution de tir de façon rapide et dans des conditions météo souvent défavorables. La plupart des torpilles modernes peuvent être complètement autonomes. Une torpille tirée d’un sous-marin peut être filoguidée. Dans ce cas elle déroule derrière elle un câble qui permet à l’équipage du sous-marin de la diriger. Le sous-marin utilise les informations de ses propres hydrophones pour guider l’arme vers son but.

Cette technique de guidage est largement utilisée, car elle est plus fiable et plus flexible que le guidage totalement autonome et robotisé. En effet, les capteurs d’un sous marin sont plus performants. Lancement d’une torpille L3 d’exercice par l’escorteur d’escadre Kersaint en 1970. Souvent de simples tonneaux de bois emplis de poudre. Elles étaient alors appelées  torpilles dormantes , nous dirions de nos jours  mines flottantes . Titre que l’on peut traduire par :  De la cavalerie militaire et d’ingénieux dispositifs de guerre . Elle équipait aussi le missile Malafon.