Les Brisants de Savannah PDF

Seul un gué les Brisants de Savannah PDF à marée basse, le Truc ou Treue, permettait alors aux  îliens  de rejoindre Combrit et le reste du continent. René Gariou, et d’une autre personne, le 18 février 1734. La digue face à la mer qui protège le bourg de l’Île-Tudy fut construite en 1840.


« Qui l’aurait cru ? Qui aurait cru qu’un jour je serais assise là, à at-tendre que je me pardonne ? Mon esprit faible fait marche arrière. Tous les jours un peu plus. La Diligence… Et puis, la maison. Le trajet en voiture à ressasser cette folie. Les Brisants de Savannah. Sa fureur démesurée. Mon désarroi. Je recule. Je revois. Je refais. Comment ai-je osé ? On m’interroge. Le portillon resté entrouvert battant immuablement dans la brise. Attisant le feu qui nous animait. Mon impuissance à me justifier, son regard empli d’une haine soudaine, incompréhensible et brutale. Le sens de tout cela m’échappe imperceptiblement. Me semble tantôt dérisoire, tantôt presque comique. Un coup de pied dans le rocking-chair qui dégringole avec fracas de la véranda sur les rochers. La peur qui m’avait envahie. Il avait perdu le contrôle. Comme pris au piège. J’étais paniquée. Parfois, je redéfais. »

Avant, les quelques maisons présentes étaient fréquemment inondées lors des tempêtes et des grandes marées. Du temps de Beautemps-Beaupré, en 1818, l’isthme qui reliait Tudy à la côte, et qui n’avait par endroits que 30 mètres de largeur, était interrompu à mi-distance entre Tudy et la pointe de Combrit par une petite ouverture par laquelle la lagune intérieure communiquait avec la mer dans les grandes marées, de sorte que Tudy pouvait encore à la rigueur s’appeler une île. Avec la création de la digue de Kermor en 1853, bloquant la mer du côté de la Rivière de Pont-l’Abbé, mais aussi en raison de la fixation et l’aménagement du cordon dunaire du côté de Combrit vers la pointe de Sainte-Marine, c’est l’ensemble de l’actuel polder, et du quartier de Beg-Ar-Fry qui ont été poldérisés. Ce polder était initialement destiné à l’agriculture, mais a été fortement urbanisé à partir de la décennie 1950. En 1896, une autre tempête fait de gros dégâts :  À l’Île-Tudy, toutes les maisons ont été envahies par l’eau.

Quoique située en pays Bigouden, l’Île-Tudy est une enclave Penn Sardin. En raison de sa situation exposée au vent et aux embruns, la commune a peu d’arbres. Géologiquement, l’Île-Tudy est situé sur le flanc sud de l’anticlinal de Cornouaille. L’imperméabilité des sols et la faiblesse des pentes explique que ce polder est fréquemment saturé d’eau, principalement l’hiver, et en conséquence très humide.

Cette menace de l’eau est chronique. Tudy, la mer a envahi la plus grande partie des maisons. Les tas de goémon placés assez loin de la plage du Téven en Combrit ont été démolis et le fumier dispersé et répandu sur les dunes, puis repris par la mer. La dune de la grève de l’Île-Tudy a subi un terrible assaut de la mer poussé par la tempête venant du Sud. 1852, le marais, actuel polder,  appartenait  au baron de la Gonde L.

Des enrochements et un épi ont été mis en place au niveau du secteur dunaire urbanisé. Tous ces travaux, souvent très coûteux, n’ont qu’une efficacité éphémère. Le passeur entre l’Île-Tudy et Loctudy en 2006. L’Île-Tudy vue du port de Loctudy 2. L’Île-Tudy vue de Loctudy au soleil couchant. Les maisons traditionnelles du bourg sont des maisons basses, toutes simples, en pierres apparentes ou parfois peintes en blanc, bien individualisées, bâties dans un petit rectangle ceinturé d’un muret de pierre. Une autre cale, dite  cale des Américains  a été construite par ces derniers à la fin de la Première Guerre mondiale pour faciliter l’accostage des hydravions.

Une ville paraît surgie dans le mirage. Elle émerge à peine de l’eau. Elle est blanche dans la mer glauque. C’est une ville de pierre, éclatante comme une des Cyclades, transportée dans la mer de Bretagne.

Devant la Rivière de Pont-l’Abbé et la grève, faisant face aux ombrages de Loctudy, cette ville d’Orient est mouillée, telle un bateau de pierre blanche. 494 un monastère à l’entrée de la Rivière de Pont-l’Abbé, autour duquel seraient venues vivre quelques familles de pêcheurs. Entre 1084 et 1112, Daniel et Guegon sont abbés laïcs de Tudi. L’histoire de l’Île-Tudy à cette époque se confond avec celle de la paroisse de Combrit dont elle était une simple trève, dont les suzerains étaient les seigneurs de la baronnie du Pont à Pont-l’Abbé. Les troupes fidèles au roi Henri IV finissent par le chasser de là. C’est lui qui fut pendu le 23 juin 1675 à une fenêtre de son château du Cosquer par des paysans révoltés lors de la révolte du papier timbré.