Les cultures des Juifs : Une nouvelle histoire PDF

D’anciennes communautés juives sont attestées les cultures des Juifs : Une nouvelle histoire PDF Crimée et sur le littoral oriental de la mer Noire, alors que les tribus slaves ne se sont pas encore politiquement constituées. Juifs privilégiés s’établissent légalement à Saint-Pétersbourg, Moscou et d’autres villes de Russie.


Depuis les  » origines méditerranéennes « , jusqu’aux  » carrefours de la modernité « , en passant par les  » diversités de la diaspora « , Les Cultures des juifs présente une nouvelle histoire du judaïsme, où les langues, les coutumes, les littératures et les imaginaires se croisent et se recoupent pendant plus de trois millénaires, constituant la trame riche et complexe d’une communauté aux voix multiples. L’histoire du judaïsme devient alors une  » histoire des judaïsmes « , en relation ou tension constante avec leurs fondements religieux et les pressions ou pénétrations des mondes alentour. Cette harmonie entre  » dispersion et unité, continuité du texte et ruptures culturelles, isolement et assimilation, âges d’or et  » sombres temps « , élite et peuple, exil et patrie  » permet à vingt-quatre chercheurs (français, américains et israéliens) réunis par David Biale, de dresser le portrait, pour les générations à venir, d’un judaïsme en mouvement, sans cesse renouvelé et conçu comme un  » organisme vivant  » selon la définition qu’en donne l’une de ses plus éminentes figures du vingtième siècle, Gershom Scholem.

Un grand nombre de Juifs les rejoignent illégalement. Ainsi, pendant ce siècle et demi, dans ce territoire, la communauté juive prospère et développe ses propres traditions théologiques et culturelles, tout en faisant face à des persécutions politiques et antisémites. Carte de vœux de 1909 – les Juifs américains accueillent les émigrants de l’Empire russe. La posture des deux aigles est signifiante. Simon Doubnov considère les Juifs comme des victimes par excellence de l’autocratie tsariste, qui fait régner un antisémitisme d’État. Juifs par l’État russe avec la politique globale envers les autres minorités de l’empire.

AEC, après la conquête de l’Asie par Alexandre le Grand. Les Juifs, profitant de l’expansion économique et commerciale s’établissent dans diverses communautés grecques, particulièrement dans les villes maritimes. Les Juifs de Crimée s’étendent au cours des siècles suivants vers l’est et le nord. Les parties orientales de l’Ukraine, du Don à la Volga et au Dniepr, sont absorbées par le royaume khazar au cours de son expansion et attirent particulièrement les Juifs. Une tradition voudrait faire de Kiev une ville fondée par les Juifs.

La population karaïte bénéficie d’un statut social et économique assez favorisé par rapport à celui des populations juives rabbanites auxquelles il est interdit de se convertir au karaïsme. D’autre part, les Juifs, fuyant les persécutions qu’ils subissent en Allemagne, s’installent en Pologne et en Lituanie. En 1321 Kiev, la Volhynie et la Podolie sont conquises par Gediminas, grand-duc de Lituanie, qui accorde aux Juifs de ces territoires les mêmes droits que ceux de ses sujets juifs de Lituanie. En 1388, la charte de Vytautas le Grand accorde aux Juifs de Kiev et des autres principautés russes la pleine citoyenneté. Le grand-duc de Moscou, Ivan III, tente d’établir un gouvernement centralisé et professant le christianisme grec orthodoxe.

En 1742, Élisabeth Ire ordonne de nouveau l’expulsion des Juifs, sauf ceux qui sont disposés à se convertir à la religion orthodoxe russe. Carte de la Russie occidentale : en vert pâle la zone de Résidence. Périodiquement, cette exception est levée et les Juifs sont interdits de campagne et obligés de se déplacer vers les villes. Cependant, à la fin de son règne Catherine II crée, en 1790, une zone de résidence qui s’étend de la mer Baltique à la mer Noire dans la partie occidentale de l’Empire.