Les déplacements dans les SCoT : Retour d’expériences à partir de dix-sept premiers SCoT PDF

TER aux couleurs du conseil régional de Bretagne. Il a représenté, en 2012, 350 circulations de trains les jours de les déplacements dans les SCoT : Retour d’expériences à partir de dix-sept premiers SCoT PDF semaine, utilisés par environ 33 000 voyageurs en moyenne journalière, dont la moitié environ sont des abonnés.


Réseau ferroviaire breton, fréquence de la desserte 1973-74, trains équivalents aux TER. L’année 1982 apporte les  réouvertures Fiterman , portant sur quatre lignes fermées au service voyageurs depuis peu de temps. La LOTI, promulguée le 30 décembre 1982, encourage la décentralisation des transports, sans pour autant définir un cadre précis. En janvier 1986, la région signe donc sa convention d’exploitation avec la SNCF pour une durée de cinq ans, dénoncée toutefois avant son échéance dès fin 1990. Ce début de conventionnement global coïncide à peu près avec l’instauration du TER, mais est en fait un développement indépendant issu de la politique de décentralisation.

L’année 1986 ne voit pas seulement la naissance du TER, mais également la fermeture de la ligne de Dinan à Dinard le 27 septembre. Environ 80 voyageurs en moyenne occupent l’express entre Dinan et Dinard, soit 6 000 pour l’ensemble de la saison. Sur le plan du matériel, les années 1985-1986 marquent le début d’une nouvelle époque avec l’arrivée des toutes premières automotrices électriques en Bretagne. Le dépôt de Rennes dispose en outre d’une dotation de dix-sept autorails X 2100 de conception récente et livrées entre 1980 et 1983. Ces électrifications permettent toutefois l’éviction des X 2400 arrivés en fin de carrière, et n’ayant jamais reçu la décoration TER.

Le nombre des X 2100 disponibles en Bretagne augmente encore et atteint les trente-six début 1990. Cette situation favorable est davantage le résultat du renouvellement du matériel roulant engagé par la SNCF, avec des fortes disparités et inégalités entre les régions, que le fruit de la politique ferroviaire du Conseil régional de Bretagne. Sur le plan des investissements dans l’infrastructure ferroviaire, la Bretagne fait des efforts non négligeables pendant la période considérée, qui correspond aux premières années du TER. Avec un budget de 38 200 000 francs, elle se classe en neuvième place parmi les vingt régions, et atteint la treizième place pour les investissements ferroviaires des deux domaines confondus. La Bretagne est l’une des premières régions à signer une convention sur l’infrastructure avec la SNCF, en 1986.