Les dix règles d’or de la finance d’entreprise PDF

Released for free under a Creative Commons Attribution 2. Si ce bandeau n’est plus pertinent, retirez-le. Aucune entreprise ne peut s’exempter de l’équilibre entre le niveau de ses revenus et de ses les dix règles d’or de la finance d’entreprise PDF. D’un point de vue juridique, elle n’a stricto sensu aucune consistance ni réalité.


Cet ouvrage constitue une première sensibilisation au monde de la finance d’entreprise : son objectif est de permettre à des non-spécialistes d’acquérir une maîtrise opérationnelle des domaines essentiels de la gestion et de la finance d’entreprise en leur donnant :

– un éclairage sur les notions de base, bilan et compte de résultat ;
– la possibilité de maîtriser les notions de besoin en fonds de roulement (BFR) ;
– des clés pour améliorer la situation de trésorerie ;
– des conseils sur le financement long terme de l’entreprise ;
– une méthodologie de construction de budget ;
– la manière d’évaluer un investissement ;
– un schéma de construction d’un business plan ;
– des recommandations pour contrôler les coûts ;
– un guide pour réaliser une analyse financière et un diagnostic d’entreprise ;
– une sélection de ratios.

EIRL, EURL, société civile ou commerciale, société coopérative, etc. Lorsqu’il s’agit d’une société, cet enregistrement lui confère la personnalité morale et un statut juridique dont la forme dépend de l’objet social de la société, du nombre des apporteurs de capitaux, du montant des capitaux engagés, ainsi que du cadre législatif et réglementaire en vigueur. Sa démarche peut être innovatrice lorsqu’il anticipe un besoin, ou assemble et organise les outils et les compétences nécessaires pour satisfaire de manière inédite ce besoin. Pourtant, ces deux termes bien que relevant de réalités différentes, caractérisent souvent les mêmes personnes : un entrepreneur est un chef d’entreprise s’il pilote lui-même son projet et un chef d’entreprise peut être qualifié d’entrepreneur à raison des objectifs intrinsèques de sa fonction. La démarche peut être moins originale et plus conventionnelle lorsque l’entrepreneur considéré porte un projet qui s’inspire fortement voire reproduit ou utilise des modèles d’activité ou d’entreprise déjà existants. Ce faisant, l’entrepreneur prend le risque que le besoin ne se matérialise pas ou que les moyens qu’il met en place pour le satisfaire se révèlent inadéquats. Historiquement, l’entrepreneur est un intermédiaire, un courtier en travail : on lui passe des commandes fermes de biens ou de services, il recherche les ouvriers qui vont produire chacun une partie de cette commande et il s’assure de la bonne livraison.