Les escargots helix aspersa biologie élevage PDF

Le petit-gris est un gastéropode mesurant entre 28 et 35 mm pour un poids adulte de 7 à 15 grammes. Il porte une coquille calcaire à motifs variables mais le plus souvent brune rayée de noir. Les escargots helix aspersa biologie élevage PDF fraîcheur nocturne et la rosée facilitent les déplacements.


Chez les gros-gris d’élevage, le péristome est le plus souvent noir. Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. L’escargot petit-gris vit dans les plaines, les forêts ou dans les jardins. Il préfère les endroits humides et sombres comme sous les feuilles des plantes ou sur un mur ombragé. Bien qu’on le rencontre aussi bien dans les régions tempérées que chaudes, il n’aime pas être exposé au soleil et aux fortes chaleurs. Afrique du Nord et Amérique du Nord. 85 œufs dans un petit trou creusé 4 à 8 cm sous terre.

L’accouplement et la ponte sont très dépendants de la photopériode. C’est par là que vont s’échanger les spermatophores. Pendant la copulation, l’escargot plante un dard calcaire dans son conjoint afin de favoriser la survie des millions de spermatozoïdes transmis. La gestation dure une vingtaine de jours. Après la ponte, l’incubation dure douze à vingt-cinq jours en moyenne en fonction du climat et de l’humidité là ou les escargots évoluent. Les œufs d’Helix aspersa sont blancs, sphériques et mesurent trois millimètres de diamètre.

Sous un climat de type californien, H. Dans le centre de l’Italie, H. Dans des conditions idéales créées en laboratoire, certains petits-gris sont arrivés à maturité en six à huit mois. Le petit-gris est adulte à 2 ans mais peut vivre plus de cinq ans s’il n’est pas dévoré par un prédateur. Le petit-gris est une des espèces les plus faciles à élever en héliciculture. Elle s’adapte facilement à différents types de climat et d’environnement.

Les fermes à escargot permettent d’élever jusqu’à 400 petits-gris au mètre carré. Cette facilité d’élevage fait qu’il est élevé partout dans le monde mais cela n’est pas sans risque car l’escargot accumule les contaminants dans ses tissus. Il est très peu sensible à la pollution. Cette résistance en fait un très mauvais indicateur de pollution mais la législation des pays producteurs ne tient pas toujours compte de cette propriété et le consommateur peut s’exposer à des contaminations. En France, pour éviter tout risque, beaucoup d’éleveurs ont recours à des aliments spécifiques originaires de l’agriculture biologique. Les escargots sauvages mis en vente viennent de récolte dans la nature en Turquie et au Maghreb. Selon les conditions de récolte, cette cueillette sauvage présente le même risque que l’élevage.

Le mucus est utilisé par la pharmacologie, la cosmétique et pour certains compléments alimentaires. Le Petit-Gris fait l’objet d’une cueillette active pour consommation durant les mois autorisés. La récolte des escargots est réglementée depuis très longtemps malgré une surveillance minime. Par exemple, on ne doit pas ramasser un escargot non bordé, c’est-à-dire dont la coquille n’a pas encore de repli épais à l’ouverture. Bourgogne, tant pour une raison de proximité que de préférence gastronomique. Cet escargot est associé proverbialement aux Charentais, appelés familièrement les  cagouillards . Le Charentais et le petit-gris seraient aussi lents.

Le Charentais aimerait le confort intérieur, comme le petit-gris qui se replie souvent confortablement au fond de sa coquille. La production de l’héliciculture de Charente-Maritime atteint 400 tonnes, soit la moitié de la production annuelle française, ce qui fait de ce département le premier producteur de ce pays qui en consomme 45 000 tonnes en équivalent escargot par an. Plus au nord de l’Aunis et dans tout le Poitou, l’espèce est appelée luma, du vocable poitevin en Haut et Bas-Poitou où il est aussi très consommé : poêlée de lumas, sauce aux lumas. Le petit-gris se nourrissant de végétaux, il est considéré comme un nuisible par les agriculteurs et arboriculteurs.