Les Fleurs du Mal illustrées par Matisse PDF

En 1898, les Fleurs du Mal illustrées par Matisse PDF est nommé, selon les vœux du maître, conservateur du musée Gustave-Moreau, à Paris, dès son inauguration cette année-là. C’est pour lui une période difficile, sa famille part pour l’Algérie, et sa santé l’oblige à faire deux séjours en Haute-Savoie.


Extraire la beauté du mal, transfigurer par le travail poétique l »expérience douloureuse de l’âme humaine en proie aux malheurs de l »existence. Oeuvre d’un poète partagé entre ses propres contradictions, s’inspirant autant de la réalité que d’un idéal abstrait, Les Fleurs du mal de Charles Baudelaire furent l’objet lors de leur publication d »un procès pour délit d’outrage à la morale publique. En 1944, Henri Matisse illustre cette oeuvre de 34 dessins de visages.

Aux côtés des fauves, tels Henri Matisse, Albert Marquet ou André Derain, Georges Rouault participe au Salon d’automne de 1905. Il a une influence sur le travail du sculpteur caricaturiste italien César Giris. En 1904, il fait la connaissance de Léon Bloy dont l’œuvre le touche profondément et de façon durable. Quelques années plus tard, il fréquente à Versailles le philosophe catholique Jacques Maritain. Dès 1910, les collectionneurs et les marchands reconnaissent la grande force de son œuvre, notamment Maurice Girardin ou Ambroise Vollard qui, en 1917, lui achète l’ensemble des toiles de son atelier, soit 770 œuvres. En 1938, le Museum of Modern Art de New York fait une exposition de son œuvre gravé.

En 1946, après la mort de Vollard, il se trouve en procès avec les héritiers. Le tribunal lui reconnaît la propriété de ses œuvres. Georges Rouault brûle 315 de ses tableaux en 1948 en présence d’un huissier. Il arrête de peindre en 1957.

1958, le gouvernement français lui fait des obsèques nationales à l’église Saint-Germain-des-Prés à Paris. Son prestige en tant que coloriste et graveur n’a cessé de s’étendre, notamment au Japon et en Corée. Sa famille a fait une donation d’un ensemble de ses œuvres à l’État en 1963. Son dernier atelier, installé dans un appartement près de la gare de Lyon, au 2, rue Émile-Gilbert à Paris, est conservé par sa famille dans l’état où il l’a quitté et sert de siège social à la Fondation Georges-Rouault. Samson tournant la meule, 1893, œuvre participant au concours du prix de Rome.

Jésus parmi les Saintes femmes, 1895, œuvre participant au concours du prix de Rome. L’Enfant Jésus parmi les docteurs, Salon des Champs-Élysées de 1895. Le Christ mort, pleuré par les Saintes femmes, Salon des Champs-Élysées de 1896, musée de Grenoble. La Fille au miroir, Salon des Indépendants de 1906, musée d’art moderne de la ville de Paris. Têtes à Massacre, 1907, Londres, Tate Gallery.