Les fonds d’investissement sont-ils… des prédateurs ? PDF

Le capital investissement se traduit par une injection de fonds dans une société et par l’entrée du fonds d’investissement au capital de sociétés qui ont besoin de capitaux propres. Dans certains cas, il n’y a pas d’injection de capital mais rachat des actions détenues par les actionnaires historiques. En français cela correspond aux notions de capital fermé par opposition au capital ouvert. Les sociétés qui constituent un portefeuille les fonds d’investissement sont-ils… des prédateurs ? PDF participations en réalisant des opérations de capital-investissement sont des sociétés de portefeuille ou des fonds d’investissement.


 » Ce sont les prédateurs de l’économie française! Des vautours apatrides obsédés par le profit ! Des tueurs d’emplois sacrifiés au culte du court terme…  » : les fonds d’investissement ont plutôt mauvaise presse en France. Certains fonds américains sont même régulièrement accusés d’être les bras armés de la CIA… Mais que sont, au juste, les fonds d’investissement ? Comment fonctionnent-ils ? En quoi représentent-ils une menace, ou une aubaine, pour notre pays ? Leur poids économique en France est en tous les cas indiscutable : 900 sociétés, 50 milliards investis depuis dix ans, et près de 5 000 entreprises en portefeuille… soit environ 1,5 million d’emplois ! Et si les fonds étaient autre chose qu’un danger ? Ne sont-ils pas, aussi, une source de financement alternative et un moyen pour les entreprises de se développer, de créer des emplois et de faire face à la compétition internationale ? Remettre les idées à l’endroit, provoquer une révolution des esprits et donner enfin à chacun des outils clairs et vérifiables (faits, chiffres, exemples concrets) pour faire tomber les tabous et les fantasmes, tels sont les objectifs de ce livre.

Leurs prises de participation peuvent être unilatérales ou croisées. LBO destiné à accompagner la transmission ou la cession de l’entreprise. Les obligations réglementaires et garanties des private equity sont donc moindres et leur liquidité beaucoup plus faible, du fait de la plus grande difficulté à les céder gré à gré. Pour compenser cet aspect, le capital-investissement vise des performances de long terme supérieures à celles des marchés financiers. Le fonctionnement du private equity est assez simple : il consiste à acheter une entreprise, un achat en général financé par une large part de dette, puis la revendre quelques années plus tard en ayant auparavant remboursé une part de l’emprunt grâce aux revenus générés par l’entreprise.