Les Juifs de Lacaune (Tarn) dans l’après-guerre PDF

Cet article est une ébauche concernant une commune les Juifs de Lacaune (Tarn) dans l’après-guerre PDF Tarn. Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider.


Après la Seconde Guerre mondiale, comment les Juifs de France ont-ils retrouvé leur place dans la société ? Quels obstacles ont-ils dû franchir ? Leur est-on venu en aide ? Lacaune fut désignée par les autorités vichystes comme centre d assignation à résidence régional. Puis, après la Libération, son plus grand hôtel fut loué par une association caritative juive, le Comité Juif d Action Sociale (COJASOR). Les destinées des anciens assignés et des pensionnaires du COJASOR s y croisent…

Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune. Vabre est une commune française située dans le département du Tarn, en région Occitanie. Vabre se trouve dans l’est du département du Tarn, au sud-ouest de la France. Enclavée, ses accès souvent bloqués par la neige, avant que ne se développe le réseau routier, Vabre fut longtemps desservie par un tortillard, petit train des Chemins de fer départementaux du Tarn qui reliait Castres à Murat. Résistance pendant la Seconde Guerre mondiale. Vabre adhéra très tôt aux idées de la Réforme, devenant un territoire protestant des Monts de Lacaune. Vabre et les alentours, au travers des relations commerciales engendrées par l’activité textile, et du fait de la topologie protectrice des lieux, sont rapidement devenus une zone de refuge pendant la Seconde Guerre mondiale.

Ils participeront notamment à la libération de Castres, faisant 4 500 prisonniers allemands. Article connexe : Armorial des communes du Tarn. Blason D’or, à un glaive et une colombe essorante contournée tenant un rameau dans son bec et brochant sur le glaive, le tout au naturel, au chef d’azur chargé de trois fleurs de lys du champ. Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer. De gueules aux deux pals d’or, au chef du même. L’évolution du nombre d’habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793.

Deux secteurs économiques ont particulièrement marqué Vabre dans son histoire : l’exploitation du granit, avec la proximité du Sidobre, et l’activité liée au textile. Musée du protestantisme en Haut-Languedoc, à Ferrières. Parc naturel régional du Haut-Languedoc, dont Vabre fait partie. Le Sidobre, au sud de Vabre, zone granitique où l’érosion a laissé des constructions granitiques remarquables. Une des rues porte son nom. Jean Dartigue-Peyrou, L’église réformée de Vabre au 18e siècle d’après les archives municipales, Albi, 1906. André Armengaud, Vabre, village d’Occitanie, Valdériès, 1986.

Vabre au XIXe siècle, le temps des bâtisseurs, Vabre, 2007. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016. Ernest Nègre : Toponymie générale de la France, p. Les procès-verbaux de ces condamnations sont aux Archives départementales de l’Hérault à Montpellier. Une maison du village est encore dénommée « caserne des dragons » par les habitants. Recherche: base de données – temple – Vabre – Tarn : patrimoine. Dans un livre de comptes qui subsista après la guerre.