Les lettres : Tome 4, lettres aux laics (2) PDF

Opposant les lettres : Tome 4, lettres aux laics (2) PDF l’Empire, il est après la chute de celui-ci, en 1870, membre du gouvernement provisoire et, pour quelques mois, maire de Paris. Plusieurs fois ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts entre 1879 et 1883, il est l’auteur des lois restaurant l’instruction obligatoire et gratuite. Il est président du Conseil des ministres de 1880 à 1881 et de 1883 à 1885.


Les lettres adressées par Catherine de Sienne aux laïcs sont rassemblées, dans cette édition, dans les tomes III (aux dames de l’aristocratie, aux artistes, aux juristes et aux médecins), IV (aux membres des confréries de laïcs, aux marchands, aux artisans et à différents autres destinataires) et V (aux membres de sa famille, à ses disciples et aux mantellate – laïcs membres de l’ordre de la pénitence de saint Dominique). Elles constituent un ensemble particulièrement riche et diversifié, adressé à des personnes de toutes classes et de toutes situations sociales. Très entourée, souvent consultée, Catherine ne mesurait pas son temps pour répondre aux demandes, conseiller et enseigner. Si chaque lettre est toujours une invitation à une vie chrétienne exigeante et responsable, Catherine se montre, dans cette correspondance abondante, très attentive à toutes les questions familiales, sociales et religieuses et très proche de ses interlocuteurs.

Mort trois semaines après avoir été élu président du Sénat, il est inhumé à Saint-Dié-des-Vosges. 1794, les Ferry sont à la tête d’une tuilerie. Il devient un avocat réputé et se passionne pour la chose publique, se spécialisant rapidement dans la défense des républicains. Il collabore régulièrement aux journaux La Presse, Le Courrier de Paris, Le Temps. Ayant à faire une confession intellectuelle devant ceux qui veulent bien m’admettre parmi leurs frères, je déclare adhérer aux principes de philosophie morale que j’ai trouvés, il y a une quinzaine d’années dans les livres du fondateur de la philosophie positive. Une grande publicité est faite au discours que Littré prononce à cette occasion, et la presse en donne un large écho.

Par la suite, Ferry appartient à la loge Alsace-Lorraine . La même année, Jules Ferry épouse la fille de l’industriel Camille Risler, Eugénie Risler, de dix-huit ans sa cadette, issue d’une famille protestante et républicaine ayant fait fortune dans l’industrie à Thann en Alsace, et dont la dot est de 500 000 francs. Il est élu député républicain de la 6e circonscription de Paris en mai 1869. Le 4 septembre 1870, il devient membre du gouvernement de la Défense nationale.