Les Minoens, l’âge d’or de la Crète PDF

Rechercher les pages comportant ce texte. La dernière modification de cette page a été faite le 29 avril 2018 les Minoens, l’âge d’or de la Crète PDF 12:04. En pratique : Quelles sources sont attendues ?


Si ce bandeau n’est plus pertinent, retirez-le. Europe, situé à 5 km au sud-est d’Héraklion, à l’ouest du fleuve Kairatos. C’est le plus important des palais minoens crétois depuis sa découverte en 1878. Associé à la légende du palais du roi Minos, le site, occupé depuis 7000 av. Les ruines de Cnossos ont été découvertes en 1878 par un antiquaire crétois, Minos Kalokairinos. Il a conduit les premières fouilles, mettant au jour des magasins dans l’aile ouest du palais, ainsi que des éléments de façades. Au cours du IIIe millénaire, correspondant au MA, les constructions en pierre se multiplient.

Les constructions se répartissent autour de la cour centrale en aile ouest, nord et est. Cette construction se poursuit graduellement jusqu’à sa destruction vers 1350. Crète, comme Amnisos, considéré comme le port de Cnossos, une flotte minoenne et a dû probablement saliniser durablement les terres touchées. Le site est réoccupé dans les siècles suivants, mais jamais Cnossos ne retrouve son influence. Voltige avec un taureau, figurine en ivoire du palais de Cnossos. La seule figurine complète restante d’un ensemble plus grand de figurines.

Cette figurine est la première représentation tridimensionnelle d’un voltige avec un taureau. On suppose qu’un fin fil en or suspendait la figurine en haut d’un taureau. Le palais de Cnossos est, en plan, organisé autour d’une cour rectangulaire orientée Nord-Sud. Doté de plusieurs entrées, au Nord et au Sud, il n’est pas fortifié. Il n’y a pas de claire distinction entre le palais et le tissu urbain, ce qui est significatif et relève d’un système dédalique.

On distingue cependant plusieurs secteurs, entre zones d’apparat, cultuelles et de stockage, marqués par de longs couloirs. Ce palais était doté d’un étage, comme l’indique un escalier. Exemple de reconstitution proposée par Arthur Evans. Les colonnades crétoises sont formées d’un nombre impair de colonnes dites renversées car elles s’évasent vers le haut. Ce sont des colonnes en bois de couleur rouge qui sont plantées dans le sol et surmontées du chapiteau typique crétois. Tout le palais possède un toit plat ce qui est assez courant sous ces climats. Les façades sont monumentales, elles s’étendent sur plusieurs niveaux et sont rythmées par des piliers et des colonnes rouges sur des murs en gypse et en albâtre.