Les mosaïques byzantines portatives PDF

C’est la plus grande et la plus montagneuse des îles Ioniennes. Carte de Céphalonie et d’Ithaque, avec les cités antiques, la chronologie et la géographie actuelle. La taille de l’île est de 935 km2, et la densité les mosaïques byzantines portatives PDF population actuelle est de 36 habitants au kilomètre carré. La ville d’Argostoli regroupe plus du tiers des habitants de l’île.


Les mosaïques byzantines portatives / par M. Eugène Müntz,…
Date de l’édition originale : 1886

Ce livre est la reproduction fidèle d’une oeuvre publiée avant 1920 et fait partie d’une collection de livres réimprimés à la demande éditée par Hachette Livre, dans le cadre d’un partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, offrant l’opportunité d’accéder à des ouvrages anciens et souvent rares issus des fonds patrimoniaux de la BnF.
Les oeuvres faisant partie de cette collection ont été numérisées par la BnF et sont présentes sur Gallica, sa bibliothèque numérique.

En entreprenant de redonner vie à ces ouvrages au travers d’une collection de livres réimprimés à la demande, nous leur donnons la possibilité de rencontrer un public élargi et participons à la transmission de connaissances et de savoirs parfois difficilement accessibles.
Nous avons cherché à concilier la reproduction fidèle d’un livre ancien à partir de sa version numérisée avec le souci d’un confort de lecture optimal. Nous espérons que les ouvrages de cette nouvelle collection vous apporteront entière satisfaction.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

Lixouri est la seconde ville par ordre d’importance, et les deux villes représentent ensemble près des deux tiers de la population de l’île. Céphalonie est juste au-dessus d’une faille tectonique importante, où le plateau européen rencontre le plateau égéen en provoquant un glissement frictionnel. C’est la même configuration que la célèbre faille de San Andreas en Californie. Il y a donc des séismes réguliers et des dizaines de secousses, mineures ou non, se produisent chaque année. En 1953, un violent séisme a détruit presque toutes les habitations de l’île n’épargnant que quelques villages dans le nord.

Parmi les formations naturelles remarquables, on notera les katavóthres ainsi que la grotte de Melissani et celle de Drogarati. La montagne la plus haute de l’île est le mont Ainos, avec une altitude de 1 628 m. En 1797, la forêt a brûlé pendant des semaines et l’incendie en a détruit plus de la moitié. Les feux de forêt étaient fréquents dans les années 1990 et au début des années 2000, et constituent toujours une menace majeure pour la population. Les professions agricoles traditionnelles sont l’élevage et l’oléiculture, le reste étant composé principalement de céréales et de légumes.

La réforme de 2010 a regroupé toutes les municipalités de l’île en une seule municipalité siégeant à Argostoli. Les premières traces d’occupation humaine remontent au Paléolithique. On a trouvé à Fiskardo, au cap Mouda, à Skala et à Poros des outils datant de 50 000 ans av. Ce sont des objets en pierre tels des haches, des couteaux, des pointes, des grattoirs, des poinçons. L’île connut à cette époque une période d’apogée, avec des relations commerciales jusque dans les Cyclades. Ces relations prirent fin à peu près au moment de l’éruption de Santorin.

Elles se rétablirent deux siècles plus tard. L’île devint alors une étape commerciale sur la route de l’Italie. Partie du mur qui protégeait l’ancienne citadelle de Sami. Prônies, qui ont prospéré durant la période mycénienne.

Ces cités étaient autonomes, elles frappaient monnaie et participaient à différentes coalitions. Aussi les habitants de Céphalonie pouvaient-ils être alliés tantôt à Corinthe, tantôt à Sparte ou à Athènes. Publius Aelius Hadrianus Afer offre l’île en cadeau à Athènes. Lors du partage de l’Empire romain en 385, Céphalonie échoit à l’Empire d’Orient, dit byzantin, auquel elle reste rattachée jusqu’en 982. Constantin VII Porphyrogénète indique que l’île fait partie du thème de Céphalonie, qui a été créé par l’empereur byzantin Léon VI le Sage. Normands, les Grecs, les Vénitiens et les Pisans. L’île est brièvement occupée par les Normands de Sicile en 1147 puis reconquise par l’empereur byzantin Manuel Ier Comnène allié aux Vénitiens.

En 1185, le roi de Sicile Guillaume II de Sicile conquiert Céphalonie et la cède à l’amiral Margaritus de Brindisi, en le nommant comte Palatin de Céphalonie et Zante. Matteo Orsini, qui se reconnait toutefois vassal à la fois de Venise, du Saint-Siège et de la principauté d’Achaïe. L’île est conquise en 1479 par les Turcs avec à leur tête Gedik Ahmed Pasha. En 1537 le sultan Soliman le Magnifique déclare la guerre à Venise, et un an plus tard, Barberousse, amiral des forces navales de Soliman, attaque Céphalonie, causant de graves dommages et asservissant 13 000 Céphalonites. Les incursions des pirates ottomans dureront à partir de cette date pendant plus de deux siècles.