Les Mystères de la tradition maçonnique PDF

Quel os Dieu a-t-il vraiment pris à Adam pour créer Eve ? Techno  du Monde dans lequel elle est publiée, m’ont fait part de leur détresse et de leur sensation de manque. La création d’Les Mystères de la tradition maçonnique PDF selon une mosaïque de la Chapelle palatine de Palerme.


Du temple de Salomon aux rituels secrets contemporains, l’auteur nous fait pénétrer dans le monde de la franc-maçonnerie. « Copyright Electre »

L’Eternel Dieu forma une femme de la côte qu’il avait prise de l’homme, et il l’amena vers l’homme. C’est ainsi que la Bible décrit la création d’Eve, à partir d’une côte d’Adam. Scott Gilbert s’est donc adjoint les services de Ziony Zevit. Hormis quelques rares cas pathologiques d’ossification pénienne, l’homme a quant à lui égaré cet ustensile quelque part au cours de son évolution et cette absence n’a pas pu passer inaperçue auprès des peuples de l’Antiquité qui vivaient dans la proximité des animaux. Enfin, Scott Gilbert a, non sans humour, gardé pour la fin un dernier et subtil argument anatomique. Le texte de la Genèse, en disant que Dieu  referma la chair  au terme de son prélèvement chirurgical, sous-entend une cicatrice, voire une suture. Jusqu’à quarante ans, j’ai cru que c’estoit un os , disait Henri IV en parlant de la partie virile de son anatomie.

Puis, le Vert Galant a dû déchanter en expérimentant quelques pannes. De là à soupçonner une collusion entre Dieu et les marchands de Viagra, il y a un pas que je ne franchirai pas. Je laisse cela aux journalistes d’investigation. 306 commentaires à Quel os Dieu a-t-il vraiment pris à Adam pour créer Eve ? Merci pour votre billet qui nous fait découvrir une nouvelle lecture de la bible. Dieu créa la femme A COTE d’adam.

Ce serait plus une erreur de lecture de la traduction, mais concernant la bible on en est plus à une petite erreur d’interpretation. Annick de Souznelle a résolu ce mystère depuis bien longtemps dans ses écrits et ouvrages, notamment dans Le symbolisme du corps humain ou Le Féminin de l’Etre. Seul vrai diable de cette planète: Anu, connu aussi sous les noms de Yahvé, Jehovah, Allah et Jésus. Tous ces noms appartiennent à des formes pensées créées par Anu et les reptiliens et ensuite nourries par la dévotion de leurs fidèles respectifs, ce qui leur a donné une énorme puissance se déversant dans l’égrégore judéo-reptilien. ANU, ALENU, LE DIEU DES JUIFS EST LE SEUL VRAI DIABLE. ENKI EST UN DIEU BIENVEILLANT, CELUI QUI TOUJOURS PROTÉGEA LA RACE HUMAINE MÊME SI ELLE N’EN A MALHEUREUSEMENT PAS CONSCIENCE. ENKI EST SATYA, Et non pas Satan.

Comme on veut lui faire porter pour mieux que l’on en s’éloigne. C’est à dire le vrai nom de votre Père Enki-Satya au personnage diabolique de la bible crée par Anu et ses reptiliens, Satan, nom qui est le prolongement du mot hébreu satan. Parce que Enki-Satya est effectivement devenu l’adversaire de son père Anu-Yahvé-Jehovah, dieu des juifs, en s’opposant à la destruction de l’humanité, le mot hébreu adversaire, satan, fut récupéré et utilisé pour devenir le diable des chrétiens, le mal absolu, Satan. Il ne joue pas dans Street Fighter 4 aussi Enki ? Ah ok ,donc Lucifer est le vrai Dieu ,le porteur de Lumière de la Franc Maçonnerie ,il suffit de regarder l oeuvre Maçonnique pour comprendre ce qu il en est .

La Maçonnerie serait donc l Eglise du vrai Dieu Lucifer . Se faire passer pour Dieu est une Habitude pour Satan ,il a d ailleurs été chasse du paradis pour cette raison ne l oublie pas . Les vielles ruses sont toujours d actualité semblerait il ,mais elles n attirent et ne convainquent que les esprits faibles . Quant à la collusion de Dieu, dont on peut jusqu’à l’épuisement spéculer sur l’existence et sur son rôle de premier chirurgien de l’histoire de l’humanité, avec des marchands de Viagra alors nous tombons dans la pure affabulation qui n’a comme justification que de donner une opportunité inattendue de se dégourdir les zygomatiques.

Désopilantes, hilarantes ces hypothèses dont on se demande bien quel mouche a bien pu piquer leurs auteurs pour qu’ils se lancent dans de telles spéculations qui flairent sans en avoir l’air un parfum de créationnisme remis au goût du jour par une pointe de fantaisie délirante. On se demande aussi quelle Sarcophaga carnaria s’est acharnée sur le passeur pour qu’il nous dégote cette rocambolesque interprétation d’un texte biblique auquel même un enfant de 5 ans ne croirait pas le traitre mot. M’empêche que chapeau à l’artiste qui fête ainsi allégrement son 101ème billet. J’ai du plus juteux que le priapisme. Sous anesthésie l’insertion des perles, rassurez-moi?

Ah, la maladie de La Peyronie me fait penser à l’histoire de M. Coudé du Foresto, député, je crois, il y a longtemps, qui, interpellé par une respectueuse:  Tu viens, chéri? Il faudrait préciser que la citation que vous faites est du chapitre 2 de la Genèse. Les deux chapitres sont deux textes différents mis bout à bout. L’homme ne doit pas se couvrir la tête, il est l’image et la gloire de Dieu. La femme est la gloire de l’homme.

Helas Lilith est bien trop souvent occultée de la mémoire collective. Assemblez les deux, et vous avez le mythe de la pomme, fruit de l’arbre de la connaissance, cueilli par Eve sous la tentation du serpent pour faire bannir le couple originel du jardin. Bible, Galg, lisez au moins une fois vos classiques. Mais où ai-je parlé de la pomme  dans la bible  ? J’ai mentionné le mythe de la pomme ! Relisez les commentaires avant de vous braquer !