Les Nouveaux Intellos Precaires PDF

Les Nouveaux Intellos Precaires PDF article est une ébauche concernant un métier. Le statut de pigiste a pour intérêt de permettre de collaborer à un ou plusieurs médias.


Précaires de la presse ou de l’édition, enseignants ou chercheurs jetables, architectes sous-payés ou stagiaires au musée, depuis 2001, avec la sortie du livre d’Anne et Marine Rambach, ils portent un nom : les Intellos précaires. On découvrait cette population au destin paradoxal : diplômée et compétente, studieuse et créative, elle vit, pas toujours mal, dans des conditions de grande précarité – avenir incertain, revenus fluctuants, déni de droits. Malgré une couverture sociale minimale ou inexistante, les intellos précaires continuent à exercer ces métiers qu’ils ont choisis par passion. On annonçait alors leur disparition : les baby-boomers partant à la retraite, les OS de l’intellect n’allaient pas tarder à prendre leur place et, enfin, s’embourgeoiser. Mais non. Les plans de titularisation de la fonction publique ont fait long feu, les postes abandonnés par les jeunes retraités sont supprimés, et puis, surtout, les entreprises et les institutions ont pris goût à cette main-d’œuvre si flexible et si économique. La précarité a le vent en poupe. Disons-le : l’intello précaire est le modèle secret du patronat. Il n’est pas précaire, il est indépendant. Il n’est pas soumis, il est professionnel. Il n’est pas sous-payé, il est compétitif. Même quand il est de gauche, il est ultra-libéral. Reste une question : mal défendus par les syndicats et rêve inavoué du patronat, jusqu’où iront les intellos précaires dans la soumission et la paupérisation ? Réforme de la recherche, réforme des universités, réformes de l’audiovisuel, réforme de la presse écrite, les intellos précaires sont au cœur de l’actualité. Le savent-ils ? Qu’en pensent-ils ? Vont-ils se faire entendre un jour ? Une enquête à vif, fouillée, et souvent drôle.

En France, ses droits sont définis par la loi Cressard, obtenue en 1974 par le lobbying des syndicats de journalistes et qui accorde aux pigistes les mêmes droits qu’aux journalistes mensualisés. Un problème pour la qualité de l’information ? Dans la plupart des pays au monde, le journaliste ne bénéficie pas du statut de salarié mais du statut de travailleur indépendant. Le journaliste pigiste bénéficie en droit français d’un contrat à durée indéterminée : toute modification substantielle du volume des piges qui lui sont confiées par son employeur doit faire l’objet d’un licenciement dans les formes, avec indemnités et lettre de licenciement motivée, que le journaliste pigiste peut contester s’il estime que les motifs avancés ne reposent sur rien. Toute convention par laquelle une entreprise de presse s’assure, moyennant rémunération, le concours d’un journaliste professionnel est présumée être un contrat de travail. Cette présomption subsiste quels que soient le mode et le montant de la rémunération ainsi que la qualification donnée à la convention par les parties. Toutefois, ces droits ne sont pas toujours respectés et la jurisprudence est parfois contradictoire.

Le métier de stringer a fait l’objet d’une adaptation au cinéma dans le film Night Call en 2014. Ceux qui voient dans le journaliste pigiste un simple entrepreneur semblable aux autres le réduisent à un acteur économique qui n’a qu’à négocier pour améliorer ses conditions de travail. Pigiste régulier, un salarié sous contrat à durée indéterminée,, Blog. Hubert Artus, Les galères des  intellos précaires , prolos du savoir, Rue89, 14 avril 2009. Journalistes précaires, journalistes au quotidien, Agone, Marseille, 2007.

Jean-Sébastien Marsan, « Devenir son propre patron. Mythes et réalités du nouveau travail autonome », Montréal, Éditions Écosociété, 2001, 147 p. Pascal Lapointe et Christiane Dupont, Les nouveaux journalistes: le guide. Rechercher les pages comportant ce texte. La dernière modification de cette page a été faite le 11 mars 2018 à 19:08. Cet article est une ébauche concernant un métier.

Le statut de pigiste a pour intérêt de permettre de collaborer à un ou plusieurs médias. En France, ses droits sont définis par la loi Cressard, obtenue en 1974 par le lobbying des syndicats de journalistes et qui accorde aux pigistes les mêmes droits qu’aux journalistes mensualisés. Un problème pour la qualité de l’information ? Dans la plupart des pays au monde, le journaliste ne bénéficie pas du statut de salarié mais du statut de travailleur indépendant. Le journaliste pigiste bénéficie en droit français d’un contrat à durée indéterminée : toute modification substantielle du volume des piges qui lui sont confiées par son employeur doit faire l’objet d’un licenciement dans les formes, avec indemnités et lettre de licenciement motivée, que le journaliste pigiste peut contester s’il estime que les motifs avancés ne reposent sur rien.