Les Nuits du quartier Bréda: Juliette PDF

Soutenu par quelques critiques, comme Charles Baudelaire et Jules-Antoine Castagnary, son œuvre, qui ne peut être réduite à l’épisode du réalisme pictural, contient en germe la plupart des courants modernistes de la fin de son siècle. Les Nuits du quartier Bréda: Juliette PDF, revendiquant son autodidactisme et son terroir, Courbet était un amoureux des forces de la nature et des femmes.


Extrait : « Aspasie donnait un bal. Pour dire la vraie vérité, Aspasie s’appelait Marguerite. Mais il serait convenable avant tout de prendre un juste milieu entre les bourgeois féroces qui veulent que chaque lorette soit la fille d’un portier, et le gandin naïf qui les croit issues des Montmorency par les femmes. Donc il faut vous dire la provenance de Marguerite qui se nommait Aspasie. Aspasie était la fille d’un petit employé qui avait fait des miracles,… »

À PROPOS DES ÉDITIONS LIGARAN :

Les éditions LIGARAN proposent des versions numériques de grands classiques de la littérature ainsi que des livres rares, dans les domaines suivants :

● Fiction : roman, poésie, théâtre, jeunesse, policier, libertin.
● Non fiction : histoire, essais, biographies, pratiques.

S’il a mené quelques combats, notamment contre la religiosité, la mauvaise foi et le mépris des paysans et des travailleurs manuels, la fin de sa vie le montre tout entier face aux éléments du paysage. Rarement un peintre avait, de son vivant, essuyé autant d’insultes. Commune de Paris de 1871, il est accusé d’avoir fait renverser la colonne Vendôme, et condamné à la faire relever à ses propres frais. Reconsidérée depuis les années 1970, notamment par la critique anglo-saxonne qui lui donne ses premiers véritables biographes, son œuvre vigoureuse et sans compromis, éclairée par l’exploration de ses écrits privés qui révèle un être lucide, subtil et sensible, ne cesse d’entretenir avec notre modernité des rapports intimes, souvent surprenants.

J’ai étudié, en dehors de tout système et sans parti pris, l’art des anciens et l’art des modernes. Je n’ai pas voulu plus imiter les uns que copier les autres. J’ai voulu tout simplement puiser dans l’entière connaissance de la tradition le sentiment raisonné et indépendant de ma propre individualité. Cependant, alors que Courbet se plaint de sa vie encasernée dans les murs du collège, ses parents le font loger chez un particulier.

La mère de Gustave demande donc à ce parent d’accueillir son fils à Paris. Logé dans un premier temps chez François-Julien Oudot à Versailles où se cotoient des bourgeois assez mondains et ouverts d’esprit, il commence ses études de droit, vivant d’une pension que lui versent ses parents. L’année 1839-1840 est déterminante : Courbet délaisse son droit au profit de la peinture. Courbet se rend, comme tout étudiant en art de son époque, au musée du Louvre pour y copier les maîtres, activité qu’il poursuivra tout au long des années 1840.