Les oiseaux du Canada PDF

D’autres espèces, dont un castor géant coexistaient avec lui mais ont disparu, peut être avec l’arrivée de l’Homme. Il occupait presque toute l’Amérique du Nord excepté les hautes montagne, les parties sans cours les oiseaux du Canada PDF’eau des déserts et les zones colonisées par les alligators. Aux États-Unis, des trappeurs indépendants capturaient tous les castors qu’ils pouvaient.


L’hiver 1928-1929, après des mois de recherche dans les 25 000 km2 autour de Rupert House, les trappeurs ne peuvent ramener plus de quatre peaux de castor. Il faut attendre que le public, des associations et certains décideurs admettent la nécessité de protéger l’espèce, notamment grâce à immigrant anglais Archibald Belaney anciennement trappeur dans le nord de l’Ontario et du Québec et tombé amoureux de la culture des Premières nations et du castor publie sous le pseudonyme Grey Owl des appels à respecter et protéger l’espèce. Alors que la population de castors se reconstitue, dès les années 1940, les responsables du parc piègent des castors qu’ils jugent en « surplus » et les délocalisent vers d’autres parcs ou propriétés publiques. Depuis de très nombreuses réintroductions ont eu lieu, et l’espèce continue à recoloniser ses anciens territoires, ce qui ne se fait pas toujours sans problèmes, quand ils sont maintenant occupés par l’homme. Son corps massif se termine par une queue aplatie et recouverte d’écailles coriaces et de quelques poils rugueux. La queue d’un castor de grande taille mesure jusqu’à 30 cm de longueur et peut atteindre 18 cm de largeur et 4 cm d’épaisseur.

Ses incisives, longues, solides et tranchantes grandissent continuellement et sont durcies par une couche d’émail orange foncé qui recouvre leur face extérieure. Ainsi, à mesure que l’animal frotte ses incisives supérieures contre ses incisives inférieures, l’extrémité externe de ces dents conserve le tranchant d’un ciseau neuf. La fourrure du castor du Canada est composée d’une bourre très fine et de poils plus long et plus durs. Sa couleur est généralement brun foncé, quoique pouvant varier. Le pelage est brillant et imperméable notamment grâce à une sécrétion huileuse produites par le castoréum et deux glandes anales. Elle lui sert aussi à garder l’équilibre et à le supporter lorsqu’il marche sur ses pattes postérieures en transportant dans celles de devant des matériaux de construction, comme de la boue, des pierres ou des branches. Outre l’imperméabilisation du pelage, le castor présente d’autres adaptations au milieu aquatique : ses yeux sont protégés par une membrane qui lui offre la possibilité de voir sous l’eau, une fine couche de graisse sous sa fourrure le protège contre le froid.

Le castor dispose d’un système glandulaire particulier. Le même système de glandes existe chez C. Surpris par une fonte de neige intense, un castor doit recommencer sa coupe plus bas sur le même arbre. Le castor du Canada est un rongeur terrestre, semi-aquatique, qui vit à proximité des lacs, mares et cours d’eau douce. La disposition de ces marques ne semblent pas correspondre à une barrière odorante, ni défendre spécifiquement certaines parties de son territoire. Il en produit moins en été et en automne.