Les petites filles de la nuit : Prostitution et esclavage au Brésil PDF

Pierre Nolasque pour racheter les chrétiens captifs des pirates maures et réduits en esclavage. Le premier, chronologiquement, est l’Ordre des Trinitaires ou Ordre de la Très-Sainte-Trinité pour la Rédemption des captifs. Dans le monde hispanophone où il est le plus répandu, il porte le nom de Orden Real y Militar de Nuestra Señora de la Merced y la Redención de los Cautivos plus connu sous le les petites filles de la nuit : Prostitution et esclavage au Brésil PDF de Orden de la Merced. Aujourd’hui, les deux ordres aident tous les captifs au sens large, visitant notamment les prisonniers et les malades.


L’auteur, journaliste brésilien, conduit le lecteur à travers le Brésil sur les traces des petites filles esclaves de la prostitution. Avec lui, c’est la descente dans l’enfer où se débattent des enfants innocents livrés à des adultes sans scrupules. Misère, mais aussi drogue et corruption politique, forment l’arrière-plan du pays désolé où il nous entraîne. Ce temps est le nôtre. Ce pays pourrait être le nôtre demain et ces victimes seront nos propres enfants si nous n’y prenons garde.Gilberto Dimenstein nous avait déjà ouvert les yeux, avec un rare courage, sur ces garçons des rues que des tueurs tirent comme des animaux malfaisants. A nouveau, il ouvre le premier un dossier qui sera médiatisé lorsqu’il sera bien tard pour agir. Pourtant, l’opinion publique seule peut provoquer le nécessaire sursaut. C’est tout l’objectif de ce livre. On se souviendra, devant l’abjection de certaines situations, que le combat passe par la lucidité. Les petites filles de la nuit sont victimes de leurs bourreaux et de notre indifférence.Reporter brésilien connu internationalement, Gilberto Dimenstein, 36 ans, est aujourd’hui directeur de l’agence de Brasilia de la Folha de São Paulo. Son précédent livre, Brésil, la guerre des enfants, a été salué dans le monde comme un exemple d’enquête de journalisme d’investigation. Gilberto Dimenstein a obtenu plusieurs prix de journalisme au Brésil, dont le Prix Maria Moors Cabot.

Au cours du Moyen Âge, les Arabes occupaient le Sud de l’Espagne. La Méditerranée était sous l’empire des Turcs et des Sarrasins. Les pirates capturaient les chrétiens pour les réduire en esclavage ou en obtenir rançon. Pierre Nolasque, un riche drapier, tenta de remédier à cette situation.

Il vendit tous ses biens pour racheter les captifs. Selon la tradition, dans la nuit du 1er août 1218, la Vierge Marie lui apparut pour l’encourager à fonder l’Ordre de Notre-Dame de la Merci. Le pape Grégoire IX approuve l’ordre en 1235, cinq ans avant la mort du fondateur survenue en 1240. Les Mercédaires obéissent à la règle de saint Augustin.