LES SAINTS DU CALENDRIER ROMAIN PDF

Avant l’apparition des missels pléniers, les livres liturgiques contenaient de nombreuses variantes selon les régions ecclésiastiques ou les abbayes, notamment dans l’organisation du sanctoral, le choix des pièces chantées LES SAINTS DU CALENDRIER ROMAIN PDF le calendrier. Cette diversité continue après l’apparition du missel plénier, même si la tendance vers l’unité romaine, initiée dès la période carolingienne, poursuit lentement son œuvre. Gaule donnent naissance à un sacramentaire romain par excellence, grâce à la Renaissance carolingienne.


Grégoire IX pense à étendre l’usage de ce missel curial, révisé par les franciscains, à toute l’Église latine, mais cela ne se traduit pas dans les faits. C’est en 1277 que Nicolas III promulgue ce missel pour le diocèse de Rome. Avec l’imprimerie, l’uniformisation de la liturgie romaine s’accélère. Les autorités ecclésiastiques et les éditeurs locaux maintiennent néanmoins les habitudes et les particularismes diocésains en introduisant dans le texte imprimé des usages pratiqués depuis le Haut Moyen Âge. Le missel romain est effectivement évolué et fixé à la suite du mouvement de la Contre-Réforme. En 1538, sous le pontificat de Paul III, le concile provincial de Cologne condamne l’usage de mauvais textes, surtout ceux qui étaient non bibliques et insérés dans les missels sans autorisation. Puis, le concile de Trente perçoit le problème et demande au pape Pie IV d’établir un missel commun à l’Église latine.

Par ce texte, il impose le missel de la cour pontificale à l’ensemble de l’Église latine, à l’exception des lieux et des communautés possédant un rite propre depuis plus de deux cents ans. Dans ce contexte, le mot  typique  indique que le texte est celui de référence à partir duquel les autres éditions doivent être faites. 30 ans plus tard, le 2 septembre 1634, le pape Urbain VIII fait encore une revision du missel, qui en conséquence s’appelle ‘Missale Romanum, ex decreto sacrosancti Concilii Tridentini restitutum, Pii V. France et dans les régions avoisinantes. Léon XIII publie, en 1884, une nouvelle édition typique qui prend en compte les évolutions depuis Urbain VIII Missale Romanum`ex decreto ss. Pontificis Maximi jussu editum Clementis VIII.

Celle-ci est reçue sans difficulté dans toute l’Église latine. Le pape Pie X entreprend une nouvelle révision qui sera finalisée le 25 juillet 1920 par son successeur Benoît XV : Missale Romanum ex decreto sacrosancti Concilii Tridentini restitutum S. Pii V Pontificis Maximi jussu editum aliorum Pontificum cura recognitum a Pio X reformatum et Ssmi D. Pie XII opère une profonde revision de certaines parties de la liturgie du rite romain, notamment dans la célébration du triduum pascal.

Pie XII ne publie aucune nouvelle édition typique du Missel romain, mais il permet de substituer les textes antérieurs de la semaine sainte avec les rites restaurés. 1920 : Rubricae generales Missalis et Additiones et variationes in rubricis Missalis. Les textes de la Semaine sainte sont ceux de Pie XII, pas ceux de Pie V. Le Dies irae n’est que facultatif dans certaines messes, où précédemment il était obligatoire. Après la publication en 1970 de la prochaine édition typique, qui au lieu de s’appeler ex decreto ss. Déjà avant 2007 les documents Quattuor abinc annos de 1984 et Ecclesia Dei de 1988 autorisaient l’utilisation du missel de 1962, mais uniquement avec la permission de l’ordinaire local.