Les trois sagesses chinoises : Taoïsme, confucianisme, bouddhisme PDF

Voie , calligraphie 草書 cǎoshū  herbes folles , un style très libre influencé par le taoïsme. Ces influences, et d’autres, permettent de comprendre ce qu’a pu être cet enseignement dans ses époques les plus florissantes. Le taoïsme est-il une philosophie ou une religion ? Il a en tous cas toujours eu des expressions intellectuelles tout autant que culturelles, mais en diverses proportions selon les époques, et les trois sagesses chinoises : Taoïsme, confucianisme, bouddhisme PDF, les classes sociales.


Quelles sont les valeurs éthiques et spirituelles des Chinois, et en quoi peuvent-elles nous parler ? Les mots « dieu », « esprit », « immortalité » ont-ils pour eux le même sens qu’en Occident ? Le taoïsme, le confucianisme et le bouddhisme sont-ils des croyances, des philosophies, des sagesses ? A partir de sa connaissance intime de la Chine, Cyrille Javary, auteur d’une monumentale traduction du Yi Jing, nous introduit à la perception qu’ont les Chinois de leur univers spirituel et nous donne les clés pour l’appréhender. Du chamanisme archaïque mais toujours vivace aux cultes contemporains, tel celui de Mao, en passant par les enseignements de Laozi et de Confucius, il retrace avec clarté une histoire plurimillénaire de rivalités autant que de dialogues et d’influences. Surtout, il nous montre ce que ces sagesses ont d’universel.

Le parti de cet article est d’abord de fournir quelques repères historiques sur le temps long. Si la philosophie est une recherche de la vérité au moyen du verbe, du Logos, alors le Taoïsme n’est pas une philosophie car la vérité n’est pas son point de mire et le langage est loin d’être son instrument privilégié. Taoïsme peut être considéré comme une philosophie. Ayant aimé la retraite et l’obscurité par-dessus tout, ils effacèrent délibérément la trace de leur vie. En 1934, Marcel Granet écrivait  pour découvrir la pensée chinoise, on dispose de renseignements assez bons, mais ils ne pourraient guère autoriser à composer une Histoire de la Philosophie comparable à celle qu’il a été possible d’écrire pour d’autres pays que la Chine. Henri Maspero commence à classer et analyser l’immense corpus taoïste postérieur à l’antiquité, donnant lieu à une édition posthume en 1950. Ces deux dernières références ont été privilégiées pour renseigner cette section.

La chronologie traditionnelle chinoise de Sima Qian en dynasties est évidemment peu fiable quant aux faits sur les périodes anciennes. Toutefois, elle fournit un état des représentations de son époque, ainsi que des penseurs qui l’ont précédée. Nostalgique des origines, le taoïsme situe généralement l’âge d’or avant l’histoire et les empereurs, supposant une douce communauté paysanne sans ordre politique. L’archéologie constate que la vallée du fleuve jaune est cultivée. Par contre, des mythes lui attribuent une invention dont on a trace après cette époque, la métallurgie. Les écritures retrouvées permettent de reconstituer une société clanique, avec une famille royale occupant le sommet de la hiérarchie, et des chefs de lignée qui perpétuent le culte familial. Cette ethnie installe une organisation de type féodale, même si le terme n’est parfois pas accordé à la Chine.