Littératures africaines et histoire PDF

Cet article est une ébauche concernant la littérature et la sociologie. Jusqu’à la fin de l’Antiquité tardive, de nombreuses matières mythologiques ou religieuses ont d’abord été véhiculées oralement avant d’être fixées par écrit. Selon Seydou Camara, qui étudie la transmission orale des traditions africaines, le texte véhiculé oralement se transforme littératures africaines et histoire PDF les intérêts de chacun, faisant apparaître à chaque fois de nouvelles variantes. Même lorsque le texte est écrit sous forme de manuscrit, des erreurs s’ajoutent à chaque copie, à tel point qu’on recense  une infinité de variantes  dont seul le  noyau  reste inchangé.


Yves Person étudie quant à lui les limites temporelles de l’oralité, et fait remarquer ceci :  Une règle assez générale, qui vaut d’ailleurs pour les traditions orales dans leur ensemble, est que les souvenirs remontent seulement jusqu’à la dernière migration. Its Nature, Significance ans Social Context, Cambridge University Press, 1977. Leur image dans la littérature orale africaine. Le style oral rythmique et mnémotechnique chez les verbomoteurs. Seydou Camara,  La tradition orale en question , Cahiers d’études africaines, 145, 1996, p. Sur les traditions orales des peuples africains.

Yves Person,  Tradition orale et chronologie , Cahiers d’études africaines, 1962. Vincent Hecquet,  Littératures orales africaines , Cahiers d’études africaines , no 195, 2009, mis en ligne le 22 septembre 2009, consulté le 4 février 2013. Oral Tradition, revue savante fondée en 1986 et consacrée aux littératures et traditions orales. Rechercher les pages comportant ce texte. La dernière modification de cette page a été faite le 4 décembre 2018 à 14:46. Sauter à la navigation Sauter à la recherche La littérature africaine, et principalement la littérature subsaharienne, a la spécificité de se nourrir abondamment de l’oralité. Scène de Livre des morts des Anciens Égyptiens.

Inscriptions coptes et arabes dans une église du Vieux Caire. Stèle montrant l’alphabet phénicien, Tophet de Carthage, Tunisie. Article détaillé : Littérature de l’Égypte antique. La littérature de l’Égypte antique s’écrit en égyptien ancien pendant plusieurs siècles, de l’époque pharaonique jusqu’à la fin de la domination romaine. Aujourd’hui, cette langue survit avec la langue copte, qui est restée la langue liturgique de l’Église copte. La pierre de Rosette est la clé de la redécouverte de l’égyptien ancien, dont la connaissance était perdue depuis la fin de l’époque romaine. Il s’agit d’un fragment de stèle en granodiorite qui montre le même texte en hiéroglyphes, en écriture démotique et en alphabet grec.

Parmi les œuvres les plus connues, on trouve le livre des morts des Anciens Égyptiens, les Textes des pyramides, et le livre de la vache et du ciel. La civilisation carthaginoise fut un grand empire à l’emplacement de la Tunisie actuelle. Sa littérature disparait après les guerres puniques, avec la destruction des bibliothèques de Carthage. Pendant la dynastie des Ptolémées, alors que l’Égypte est une colonie grecque, la bibliothèque d’Alexandrie devient la plus célèbre bibliothèque de l’Antiquité.

Après les guerres puniques, Rome est le pouvoir principal en Afrique du Nord. L’Afrique romaine produit plusieurs œuvres littéraires en latin. Père de l’Église catholique était probablement le latin. Pendant le Moyen Âge, les universités musulmanes protègent plusieurs textes grecs et latins traduits en arabe. Sans cette préservation en Afrique, il est probable que plusieurs œuvres auraient disparu. L’Éthiopie possède une très ancienne tradition littéraire, utilisant le système d’écriture guèze, remontant à son époque axoumite. La littérature ancienne, dominée par l’enseignement religieux, est essentiellement morale dans son contenu.