Lucien Leuwen PDF

Cet article lucien Leuwen PDF une ébauche concernant la psychologie. L’intimité réfère généralement au sentiment d’association personnelle proche avec autrui. Elle se rapporte à une connexion familière et affectivement très étroite avec d’autres en résultat à un certain nombre d’expériences communes. L’intimité véritable demande des échanges, de la transparence, de la réciprocité et incidemment une certaine vulnérabilité.


Ce livre est une oeuvre du domaine public éditée au format numérique par Ebooks libres et gratuits. L’achat de l’édition Kindle inclut le téléchargement via un réseau sans fil sur votre liseuse et vos applications de lecture Kindle.

Comme verbe,  intimer  signifie  commander ,  signifier avec autorité  ou  sommer . Comme adjectif,  intime  peut aussi référer une notion de profondeur, tel une connaissance ou une maîtrise intime d’un sujet. L’intimité, ou la sécurité, était originellement possible dans les « asiles » : ce terme vient du latin asylum, « lieu inviolable, refuge » et du grec asulon « qui ne peut être pillé ». L’intimité est lié à la notion de l’intime. Ce sera concernant les choses ce qui pourra les relier, qui lie, relie étroitement, par ce qu’il y a de plus profond. Ou bien pour qualifier ce qui se passe en privé. Dans la Bible, Jean psaume 14 :11, Jésus dans la Bible dit  Je suis dans le Père et le Père est en moi .

Dans la continuité de sa généalogie, François Jullien nous parlera d’Augustin et de Rousseau en les opposant à l’intime de Montaigne. Dans la littérature française c’est selon lui Rousseau qui fait émerger l’intime. Quand par exemple Rousseau évoque un air de chanson dont il se souvient, et à chaque fois qu’il s’en souvient l’attendrit jusqu’à verser des larmes. Il y a là la saisie de quelque chose d’anecdotique, d’infime, mais qui le fait remonter en amont de la séparation des sujets. Au temps de la transparence, de la traçabilité et de la communication, y-a-t-il encore place pour l’intime, ses douceurs secrètes, ses recoins de velours et ses discrètes déchirures ?

Reste-t-il un lieu où déposer le trésor de nos fantasmes et la richesse de notre singularité ? Nous pouvons penser l’intimité sous une forme spatiale, un dedans séparé du dehors. On y accédait en effet par deux entrées opposées, l’une située dans la plus petite des trois salles de représentations et d’audience et l’autre dans la chambre à coucher, en passant par la garde-robe. On y entend ici la construction comme plaçant ce lieu intime au cœur du bâtiment, par un double accès, celui pour le sujet, et un pour le public. La métaphore qu’on peut imaginer du « minuscule cabinet » pour tenter d’exprimer la place qu’occupe l’intimité dans le psychisme de la plupart des sujets est incertaine, c’est en tout cas peut-être la place qu’elle occupe pour Urbino. Dès lors, la spatialité en tant que notion de l’intime peut jouer un rôle important. Il est possible de penser l’intime par le panoptique.

Le panoptique a pour but de dresser, rendre droit et normaliser les comportements, cette méthode a été théorisée par Jéremy Bentham. Les prisonniers sont placés de manière à avoir la sensation d’être toujours potentiellement surveillés, avec par exemple la présence d’un mirador au milieu d’une cour de prison. Charles Baudelaire, Les fleurs du mal, Le livre de poche, 1857, p. L’intime découvre l’inouï de l’ »être auprès » et ouvre l’existence à l’infini. Augustin, Égarements du cœur et de l’esprit, 397 après j-c.