Mécanique des solides : Analyse des structures et milieux continus PDF

Aristote a écrit le premier livre à propos de la biomécanique, De Motu Animalium, ou Sur le mouvement animaux. Il ne fait pas que voir les corps animaux comme des systèmes mécaniques, mais traite la question comme la différence physiologique entre la performance imaginée d’une action et réellement l’accomplir. Probablement que Léonard de Vinci mécanique des solides : Analyse des structures et milieux continus PDF être reconnu comme le premier vrai biomécanicien, car il a été le premier à étudier l’anatomie dans le contexte mécanique.


Il a annualisé la force musculaire comme des lignes connectées toujours en action, et l’insertion et l’étude de la fonction des jonctions. Il a aussi tenté de pasticher des traits animaux dans ses machines. Galilée était intéressé dans la force des os et a suggéré que les os soient creux pour permettre un apport maximum de la force avec un poids minimum. Jules Marey a utilisé la cinématographie pour investiguer scientifiquement la locomotion.

On peut caractériser mécaniquement les biomatériaux comme tous les autres au moyen des dimensions usuelles utilisées dans l’étude de la résistance des matériaux : Module de Young, coefficient de Poisson, Tension ultime, etc. Le système est composé de muscles, d’os et des articulations. La substance fondamentale entourant les cellules est composée de lamelles disposées en couches. Il y a deux variétés de tissu osseux : le tissu osseux spongieux et le tissu osseux compact. Tissu spongieux : Moins dense et plus léger que le compact, les lamelles de substance fondamentale sont disposées en travées qui limitent entre elles des cavités remplies par la moelle osseuse. Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète.