Médecine interne féline PDF

Hypopion survenu lors d’une uvéite antérieure, il s’agit d’un exsudat citrin visible ici médecine interne féline PDF la partie inférieure de la chambre antérieure de l’œil. La panuvéite correspond à une uvéite totale qui est cependant plus rare. Une uvéite est considérée comme persistante si elle dure au-delà de trois mois.


« Le chat n’est pas un petit chien », et cela se traduit non seulement au niveau de la physiologie et du métabolisme mais également des manifestations cliniques des maladies. Cet ouvrage offre un condensé des connaissances actuelles de médecine interne féline et fournit des repères précieux pour élaborer une démarche diagnostique et une prise en charge thérapeutique. Les données cliniques reposent sur la médecine basée sur les preuves, lorsqu’elles sont disponibles, et sur les meilleures pratiques actuelles reconnues dans les autres cas. L’ouvrage est divisé en 5 parties : la première partie passe en revue les points essentiels de la médecine féline, avec notamment la pédiatrie et la gériatrie. La deuxième partie permet une entrée suivant les symptômes présentés. Le diagnostic différentiel à partir des examens hématologiques et biochimiques est ensuite détaillé dans la 3e partie. La 4e partie évoque l’ensemble des atteintes appareil par appareil. La dernière partie est consacrée aux maladies infectieuses.

Enfin, des cas d’uvéite sont observés dans les maladies du tissu conjonctif, la plus sévère de toutes pour les yeux étant le Syndrome d’Ehlers-Danlos. L’uvéite postérieure peut se présenter sous une simple baisse de l’acuité visuelle, sans douleur. Avec la perception de « mouches volantes » ou Myodésopsies. L’examen à la lampe à fente permet de bien visualiser la chambre antérieure. L’examen du fond d’œil, après dilatation médicamenteuse de la pupille, permet de voir s’il existe des opacités du vitré, une atteinte de la rétine ou de la choroïde.

L’examen peut être complété par une angiographie rétinienne à la fluorescéine permettant de bien visualiser les vaisseaux sanguins. La perte de la vision reste la complication majeure. L’œdème maculaire est dit cystoïde en raison de la formation de petites poches liquidiennes au niveau de la fovéa. Le traitement de la cause est indispensable si elle est identifiée, en particulier si elle est infectieuse.

La mise sous anti-viraux peut ainsi être nécessaire. Plusieurs centres à travers la France sont spécialisés dans le traitement des uvéites. La présence d’une unité de Médecine Interne, en plus de l’unité d’ophtalmologie, est important notamment lorsque l’uvéite est en lien avec une maladie auto-immune. Standardization of uveitis nomenclature for reporting clinical data. A historical review of sympathetic ophthalmia and its epidemiology. Rothova A, Buitenhuis HJ, Meenken C et al. Durrani OM, Tehrani NN, Marr JE et al.

Mansour AM, Arelavo JF, Ziemssen F et al. Jabs DA, Rosenbaum JT, Foster CS et al. Suhler EB, Smith JR, Giles TR et al. Rechercher les pages comportant ce texte. La dernière modification de cette page a été faite le 15 novembre 2018 à 23:13.

Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre. Cet article est une ébauche concernant la médecine. L’épilepsie temporale est la forme d’épilepsie la plus fréquente chez l’adulte. La zone atteinte se trouve dans le lobe temporal du cerveau, plus précisément dans l’hippocampe. Elle entraîne une perte de contact avec la réalité et une perturbation de la mémoire. La crise du lobe temporal commence par une hallucination et des perturbations du système nerveux autonome.

On observe chez le patient une altération de la mémoire, un état de conscience altéré ou un état de rêve. Les effets de la crise ne persistent pas longtemps et généralement le patient retrouve son état normal moins de 30 minutes après celle-ci. Les traitements médicamenteux fonctionnent bien aujourd’hui et de nombreux patients vivent avec leur épilepsie temporale sans jamais subir de crise. Le traitement de l’épilepsie temporale a longtemps été controversé. L’intervention chirurgicale peut donc parfois mener à un arrêt de la prise d’antiépileptiques.