Médicaments dangereux : à qui la faute ? PDF

Médicaments dangereux : à qui la faute ? PDF à la vaccination forcée de nos enfants avec l’hexavalent ! Ce vaccin était sûr, son emploi fondé, son retrait est un scandale que peu de Français soupçonnent. Il faut mettre fin à cette vaccination forcée.


Sang contaminé, hormone de croissance, vaccins contre l’hépatite B, la grippe ou le cancer de l’utérus : les gens n’en peuvent plus de constater que rien ne change malgré l’accumulation des scandales pharmaceutiques, et qu’au contraire, tout semble s’aggraver dans une ambiance révoltante d’impunité. Il s’agit donc de dire aux citoyens qu’ils ont raison d’être inquiets, de leur montrer que les réformes qu’on leur propose n’ont d’autre objectif que d’aggraver les conditions qui ont rendu possibles tous ces scandales, de les convaincre enfin qu’ils n’ont aucun motif sérieux de retrouver la confiance. Bref : de leur donner des éléments suffisants pour inspirer leur protestation et alimenter leur résistance.

De nombreux Français veulent réconcilier vaccination et prévention. J’ai rencontré, il y a quelques jours, le professeur Joyeux et son épouse Christine, leur combat est exemplaire. Je suis fier d’être le premier candidat à l’élection présidentielle à avoir signé la pétition que le professeur Joyeux a lancée contre la vaccination obligatoire avec le vaccin hexavalent et la mise sur le marché du vaccin obligatoire DT-P pour tous les Français. Les Français doivent savoir que vacciner les enfants contre 6 maladies graves d’un coup est en soi un geste médical risqué. Cette vaccination forcée de 3 vaccins non obligatoires sur les 6 explique la méfiance des Français à l’égard de la sûreté des vaccins. Au-delà du scandale de l’hexavalent, de nombreux Français s’interrogent à juste titre sur la présence d’aluminium dans les vaccins.

La vaccination contenant de l’aluminium n’est plus pratiquée par les laboratoires pharmaceutiques sur les animaux, les chiens et les chats. Il est temps de faire toute la lumière sur cette question essentielle. Je propose que le principe de précaution s’applique. Il en va de la santé de nos enfants ! Bien sûr toutes les subtances nocives que nous absorbons sont sans doute aussi nocives mais il faut faire des études approffondies sans les multinationales qui ne pensent qu à se gaver ! Bon là je vais être dure mais c est un peu le retour des expérimentations par les docteurs des camps de concengtrations !

Je vous rend malade et je suis le seul à guérir votre maladie ! Vous savez ainsi que nos médias ont un préféré. Ne vous laissez pas manipuler par les médias. La propagande pro-Macron bat donc son plein dans une partie non négligeable de la sphère médiatique, et c’est à une très problématique, à la fois sur le plan moral et juridique, situation de conflit d’intérêts que nous assistons dans le cadre de cette campagne ainsi qu’à une manipulation sans vergogne de l’opinion publique.

Non pas en tant que médecin mais en tant que malade. Budget, Éric Woerth, avait annoncé, devant l’Assemblée Nationale : les dépenses liées à la grippe A s’élèveront à 1,5 milliards d’euros . Ce fut le fiasco de la vaccination H1N1. ON SE POSE LA QUESTION SUR LA COMPÉTENCE DE NOS DIRIGEANTS. SONT-ILS APTES À GÉRER NOS IMPÔTS.

Le Gardasil est-il un vaccin qui rend malade ? Le Professeur Henri Joyeux s’est lancé depuis plusieurs mois dans un combat pour protester contre les vaccinations abusives. Avec une pétition signée par plus de 700 000 personnes, il réclame le rétablissement du vaccin simple DTP, comme la loi l’exige. Alimentation, mode de vie, il nous donne les clés pour une meilleure prévention du cancer par des règles simples de santé.

Derrière les enjeux de santé publique se cachent des pratiques dignes d’un thriller financier, où médecine et profit entretiennent parfois d’étonnantes relations. Par exemple l’enquête sur des pilules parfois amères pour le contribuable. Encore une fois c’est le profit qui fait loi. Ainsi Henri Joyeux est radié par l’Ordre des médecins, Le Pr Philippe Even radié de l’Ordre des médecins. Bernard Debré interdit d’exercer la médecine pendant six mois : « Cahuzac n’en a eu que trois !