Mémoires PDF

MEMOIRE ou MEMOIRES, comment s’en servir ? Le terme mémoire nous vient de la déesse Mnémosyne, aux charmes certains puisque Zeus y succomba pendant mémoires PDF nuits, laissant la belle Mnémosyne engendrer les 9 Muses de la connaissance. C’est dire son importance auprès des Grecs de l’Antiquité.


Les Mémoires de Berlioz tracent le portrait exemplaire d’une sensibilité à l’époque romantique. Né en 1803, Berlioz est le contemporain de Hugo, de Delacroix et l’aîné de quelques années de Mendelssohn, Chopin, Liszt, Schumann et Wagner ; il demeure cependant une figure isolée dans le paysage musical français et la singularité flamboyante de son ouvre suscite en France ironie et scepticisme. Trop souvent, le récit des triomphes sans lendemains alterne sous sa plume avec des échecs cuisants. Contraint de tenir le feuilleton musical du puissant Journal des débats, le compositeur s’est fait des ennemis par son intransigeance l’ace à la médiocrité de tant de créations contemporaines et au laxisme dans l’exécution des ouvres qu’il révère chez Beethoven, Gluck ou Weber. Des voyages mènent ce chef d’orchestre émérite à travers l’Europe et jusqu’en Russie, tandis que l’appui généreux de Liszt lui ouvre l’Allemagne des princes mélomanes. Berlioz revient alors à Paris comblé d’honneurs et de quelques profits, retrouvant l’obsédant feuilleton et une épouse malade, Harriet Smithson, qui fut, au théâtre, l’inoubliable Juliet de Shakespeare, l’inspiratrice de la Symphonie fantrastique… Les dernières années du compositeur sont assombries par les vicissitudes de son grand oeuvre, Les libyens, qu’il ne vit jamais intégralement représenté. Une flamme brille cependant encore en lui : son amour d’enfance pour Estelle Fornier qu’il revoit enfin – dernier épisode, peut-être le plus émouvant, de ces étincelants Mémoires.

Cicéron jusqu’à Charlemagne, et ainsi jusqu’à la Renaissance. Réhabilitée, Mnémosyne livre peu à peu ses secrets et on sait qu’aujourd’hui il n’existe pas une aire cérébrale de la mémoire, mais de nombreuses régions impliquées dans le processus de mémorisation. Avec l’arrivée de l’imagerie cérébrale, la Mémoire vit un nouvel « âge d’or ». Sœur incontournable de l’oubli, fondement de l’identité personnelle, la mémoire s’appuie sur notre passé, organise notre présent, usurpe notre futur. Lors de sa conférence, donnée au Symposium de Neuroeducation de Collioure de 2014, le professeur Jacques Touchon définit les différents circuits de mémoire. Il est le directeur de l’Unité de neurologie comportementale et dégénérative au CHU de Montpellier.

Dorénavant, si nous parlons davantage de « mémoires » que de « mémoire », c’est bien parce que la mémoire est multiple: court terme et long terme, implicite et explicite, épisodique et sémantique, procédurale enfin. Cette mémoire court terme est de durée extrêmement brève. Nous percevons un flux d’informations bien plus dense que nous ne le pensons. Au gré de leur pertinence et de l’évaluation qu’on leur donne, des associations,  des apprentissages, certains éléments sont retenus par la mémoire court terme, d’autres pas. Les éléments retenus peuvent être sélectionnés au-delà d’une tâche précise à réaliser et s’inscrire ainsi dans le long terme.

Touchon, ce passage au long terme peut se faire consciemment  à la suite d’un effort cognitif: c’est la mémoire explicite. Il peut aussi se faire inconsciemment, sans effort de mémorisation: c’est la mémoire implicite. La mémoire long terme elle-même se décline en trois modalités : épisodique, sémantique et procédurale. Répertoire de nos savoirs, conceptuelle, elle nous permet de comprendre le monde. Située essentiellement dans le lobe temporal externe et les régions pariéto-frontales.