Maîtrises & chapelles aux XVIIe & XVIIIe siècles : Des institutions musicales au service de Dieu PDF

La fonction de maître de chapelle perdure aujourd’hui, maîtrises & chapelles aux XVIIe & XVIIIe siècles : Des institutions musicales au service de Dieu PDF France, en Europe et aux Amériques. Le sens de ce mot a pu évoluer au fil des époques, du fait de l’évolution de la profession, liée à celles de la société et de la musique elle-même. L’origine de cette fonction était très ancienne et ces maîtres de musique ont été innombrables.


Ce volume propose les Actes d’un colloque international (Le Puy-en-Velay, octobre 2001) qui a réuni musicologues et historiens autour d’une
institution centrale dans la musique sacrée des XVIIe et XVIIIe siècles, abordée non seulement dans sa fonction religieuse (pratiques musicales, et répertoires, rapports entre musique et liturgie), mais aussi sous ses aspects institutionnels et sociaux (organisation des maîtrises, conditions de vie des enfants de chœur, carrières des musiciens, rôle des
maîtrises dans la vie urbaine). La large place faite aux comparaisons internationales a permis de dégager les traits spécifiques des maîtrises françaises.

C’est ainsi qu’ils étaient ordinairement les pivots de la vie musicale dans une ville, en tant que professeurs et en tant qu’interprètes. Mozart fut également maître de chapelle, à Salzbourg auprès de l’archevêque Colloredo, pendant quelques années seulement. Georg Reutter était maître de chapelle à la cathédrale Saint-Étienne de Vienne. Au fur et à mesure que la société a évolué vers une laïcisation, en même temps que la bourgeoisie se développait et que le prestige de la noblesse a diminué, les compositeurs souhaitèrent devenir plus indépendants, et obtenir un poste de maître de chapelle devint moins prestigieux. En avril 1791, Mozart postula pour devenir Kapellmeister de la cathédrale Saint-Étienne de Vienne. Sa candidature fut retenue par le conseil municipal pour succéder au titulaire, Leopold Hofmann, après la mort de ce dernier. Johann Walther, de 1548 à 1554.

Matthæus Le Maistre, de 1555 à 1568. Antonio Scandello, de 1568 à 1580. Giovanni Battista Pinello di Ghirardi, de 1580 à 1584. Rogier Michael, de 1587 à 1619. Heinrich Schütz, de 1619 à 1672. Vincenzo Albrici, de 1654 à 1680. Giovanni Andrea Bontempi, de 1656 à 1680.

Nicolaus Adam Strungk, de 1688 à 1700. Johann Christoph Schmidt, de 1697 à 1728. Antonio Lotti, de 1717 à 1719. Johann David Heinichen, de 1717 à sa mort en 1729. Giovanni Alberto Ristori, de 1725 à 1733. Johann Adolph Hasse, de 1733 à 1763. Johann Gottlieb Naumann, de 1776 à 1801.

Ferdinando Paer, de 1802 à 1806. Francesco Morlacchi, de 1810 à 1841. Carl Maria von Weber, de 1816 à 1826. Carl Gottlieb Reißiger, de 1826 à 1859. Carl August Krebs, de 1850 à 1880.