Ma vérité toute nue PDF

Jeune est celui qui s’étonne et s’émerveille. Vous ma vérité toute nue PDF aussi jeune que votre foi. Aussi jeune que votre confiance en vous-même. Vous resterez jeune tant que vous resterez réceptif.


Un exploit insolite : en courant dans le plus simple appareil dans les rues de Paris, comme sur un stade, ROMAIN MESNIL a donné à sa renommée de vice-champion du monde la dimension supplémentaire de l’audace citoyenne. En un éclair cette séquence a inondé les écrans de TV universels, en particulier aux USA. MESNIL a surtout focalisé une forte attention médiatique sur son réel objectif : recevoir l’aide matérielle que méritait sa notoriété sportive acquise sur le terrain.

Au-delà de ses performances propres de n°2 mondial dans une spécialité sportive et esthétique majeure, ROMAIN MESNIL, ? qui a obtenu un diplôme d’ingénieur ? interpelle fréquemment l’opinion. En 2008, avant les Jeux Olympiques de Pékin, il s’était engagé haut et fort en faveur des droits de l’homme. Il avait déclenché un courant d’intérêt sur une question très sensible. En gagnant la médaille d’argent de la perche aux Championnats du monde de Berlin à l’été 2009, ROMAIN MESNIL a démontré qu’il assumait simultanément sa carrière d’athlète d’élite et l’expression de ses convictions. Aujourd’hui ROMAIN MESNIL est le plus populaire de tous les athlètes français. En osant courir nu dans les rues de Paris et en se prêtant à un film de haute qualité, il est devenu l’athlète qui n’a reculé devant rien pour exprimer ses convictions d’homme et de citoyen.

Réceptif à ce qui est beau, bon et grand. Dieu avoir pitié de votre âme de vieillard. La vraie jeunesse ne s’use pas. Tout ce qui est vrai reste là. Quand la vérité est belle, rien ne ternit son miroir.

Là ou il n’y a pas d’autrefois. La vieille femme grincheuse QUE VOIS-TU, TOI QUI ME SOIGNES, QUE VOIS-TU ? QUAND TU ME REGARDES, QUE PENSES-TU ? Le bain et les repas pour occuper la longue journée grise. C’est ça que tu penses, c’est ça que tu vois ? Alors ouvre les yeux, ce n’est pas moi. Des frères et des soeurs qui s’aiment entre eux.

Rêvant que bientôt, elle rencontrera un fiancé. Au souvenir des voeux que j’ai fait ce jour-la. Qui a besoin de moi pour lui construire une maison. Nous sommes liés l’un a l’autre par des liens qui dureront.

Quarante ans, bientôt il ne sera plus là. Mais mon homme est à mes côtes qui veille sur moi. Me revoilà avec des enfants, moi et mon bien-aimé. Voici les jours noirs, mon mari meurt.

Et je pense aux années et à l’amour que J’ai connus. Mon corps s’en va, la grâce et la force m’abandonnent. Et il y a maintenant une pierre la ou jadis j’eus un coeur. Dont le vieux coeur se gonfle sans relâche. Et à nouveau je sens ma vie et j’aime. Alors ouvre les yeux, toi qui me soignes et regarde.

Non la vieille femme grincheuse regarde mieux, tu me verras ! Ce poème a été retrouvé dans les affaires d’une vieille dame Irlandaise après sa mort. La vie est une chance, saisis-la. La vie est une béatitude, savoure-la.