Maladie de Parkinson PDF

Illustration de l’attitude générale d’maladie de Parkinson PDF patient atteint de la maladie de Parkinson par WR Gowers. La maladie débute habituellement entre 45 et 70 ans.


La maladie de Parkinson est connue pour sa sémiologie spécifique et sa triade clinique : l’akinésie, l’hypertonie et surtout le tremblement. Elle est aujourd’hui à l’avant-garde des neurosciences et de la thérapeutique avec la neurochirurgie fonctionnelle et la greffe neuronale. De plus en plus de malades peuvent espérer bénéficier de ces avancées. La prise en charge d’un parkinsonien nécessite une étroite collaboration entre le patient, son médecin traitant et le neurologue. Une bonne connaissance du tableau clinique, des complications évolutives et des moyens thérapeutiques est essentielle pour soulager le malade de ses difficultés quotidiennes tout en le faisant bénéficier des progrès les plus récents. Permettre aux praticiens de collaborer pour améliorer la prise en charge globale du malade, répondre à son attente et à son espérance, tel est l’objectif de cet ouvrage.

C’est la deuxième maladie neurodégénérative la plus fréquente, après la maladie d’Alzheimer. La maladie de Parkinson se distingue des syndromes parkinsoniens qui sont généralement d’origines diverses, plus sévères et répondent peu aux traitements. Localisation de la substance noire dans le cerveau. La physiopathologie de la maladie a été récemment éclairée par la découverte de nombreux gènes impliqués dans des formes rares de la maladie. ADN, ce qui peut conduire à la destruction de neurones. Les causes, processus ou facteurs de risque de cette maladie sont encore mal connus. La maladie de Parkinson est une maladie idiopathique aux causes multiples qui entraînent la mort des neurones.

LRRK2 qui code la dardarine, a révolutionné la génétique de la maladie de Parkinson puisqu’une seule mutation, G2019S, explique à elle seule une proportion importante des formes autosomiques dominantes de la maladie de Parkinson et aussi, de façon très intéressante, des formes communes idiopathiques, dans certains sous-groupes de patients parkinsoniens. Certaines preuves solides suggèrent qu’une inflammation intestinale pourrait être responsable de la maladie pour au moins une partie des patients. Les protéines alpha-synucléines s’agglutinent et forment des fibres qui endommagent les neurones. Elle provoque les symptômes permanents de la maladie de Parkinson en détruisant certains neurones dopaminergiques dans la substantia nigra du cerveau. Un hélicoptère de l’armée américaine déversant de l’agent Orange sur les terres cultivables vietnamiennes lors de la guerre du Viêt Nam.