Management – épreuve 7 – DCG manuel PDF

En raison de l’accès limité au réseau Internet, le projet avance lentement. 1980, toutefois, la communauté bénéficie management – épreuve 7 – DCG manuel PDF’un accès régulier à Internet, et le rythme de croissance des publications s’accélère. Parallèlement, en 1978, le Conseil des Arts du Canada créé Canadiana, un organisme sans but lucratif visant la préservation du patrimoine canadien et à sa mise en ligne.


Cet ouvrage a pour objectif de vous préparer efficacement à l’épreuve n°7 du DCG.

Parfaitement conforme au programme officiel du DCG (B.O. du 18 mars 2010), cette deuxième édition a été profondément remaniée et offre aux étudiants préparant l’épreuve de management :

de très nombreux exemples et cas pratiques actualisés (Zara, Nespresso, PSA Peugeot Citroën, Monceau Fleurs, Stabilo, L’Occitane…) ;

une approche approfondie de la stratégie (la démarche stratégique, les outils du diagnostic stratégique, les logiques des choix stratégiques) ;

un nouveau chapitre sur les théories contractuelles et évolutionnistes de l’organisation ;

des développements renforcés sur les grandes fonctions de l’entreprise (marketing et communication, production et logistique, GRH, comptabilité) ;

une page de synthèse à la fin de chaque chapitre pour récapituler l’essentiel des notions abordées ;

de nombreuses applications pour bien s’entraîner à l’épreuve : des études de situations pratiques et des développements structurés dans chaque chapitre, une étude de cas transversale en fin d’ouvrage.

Également disponibles : les corrigés des applications ainsi que des conseils méthodologiques réunis dans l’ouvrage d’accompagnement du manuel intitulé « Corrigés des Applications » (2e édition, parution août 2011)

Cet ouvrage est disponible au format ePub 2 en téléchargement à lire en version électronique sur votre ordinateur, sur votre tablette ou sur votre smartphone.

En 1993, John Mark Ockerbloom crée Online Books Page. Contrairement au projet Gutenberg, ce projet cherche à répertorier et réunir différents textes numériques anglophones déjà publiés, au sein d’un point d’accès unique. En 1995, Jeff Bezos crée Amazon. La presse, dans son sens large, commence alors à se mettre en ligne. De son côté, Brewster Khale fonde Internet Archive. En 1997, la Bibliothèque nationale de France crée Gallica. En 2000, le logiciel de lecture Mobipocket est créé.

Le Gemstar ebook devient alors la première tablette de lecture numérique officielle. En 2001, Adobe Flash Player lance son premier logiciel gratuit qui permet la lecture de fichiers numériques. L’année 2001 marque enfin la création du premier smartphone. En 2004, la compagnie Sony produit sa propre tablette.

En 2007, Amazon commercialise Amazon Kindle, ou Kindle, qui permet à l’entreprise de se spécialiser dans la lecture numérique, alors qu’elle se concentrait jusque là sur l’édition numérique. 2008, la qualité de lecture sur l’écran des liseuses s’améliore considérablement. De nombreux éditeurs commencent dès lors à distribuer, sous format électronique, des livres tombés dans le domaine public. Au même moment, pour une question de coûts et de rentabilité, certains éditeurs commencent à publier leurs auteurs de cette manière.

Cet usage est toutefois fautif puisque, comme sa définition l’indique, le livre numérique est un fichier numérique et non l’appareil électronique qui permet de le consulter. C’est la  transposition à l’identique d’un livre papier en version numérique . Le livre numérique homothétique respecte les limitations physiques du livre malgré l’absence de ces limitations dans un environnement numérique. Il s’agit de la forme la plus répandue et de la première à être apparue. Ce type de livre vient compléter la version imprimée grâce aux avantages que permet le format numérique, tant sur le plan de la forme que du contenu. Ainsi, par les possibilités d’enrichissement quasi infinies de l’œuvre qu’il admet, le type enrichi est de plus en plus exploité.