Mapplethorpe : Un enfant terrible PDF

L’oncle de Loulou de la Falaise, Mark Birley, est le propriétaire de la célèbre boîte de nuit  Annabel’s  à Berkeley Square, Londres. Suisse, dans lesquels elle se coupe mapplethorpe : Un enfant terrible PDF la réalité et développe son imaginaire. Son adolescence se passe à Londres, alors capitale de la culture pop, et c’est en parfaite bohémienne qu’elle savoure cette période. Mais, à la fin des années 1960, Loulou suit sa mère, qui vient de se remarier avec le conservateur du Metropolitan Museum, John Mackendry, à New York.


Texte inédit publié à l’occasion de l’exposition présentée au Grand Palais du 26 mars 2014 au 13 juillet 2014.

Robert Mapplethorpe et l’artiste Andy Warhol. Ses premiers pas dans le monde de la mode laissent présager une belle carrière. Irlande ne correspond pas à son caractère. Yves Saint Laurent lui confie la responsabilité du département  maille et accessoires , pour lequel elle crée approximativement 2 000 pièces par an, dont les bijoux  haute couture  qui seront signés de son nom et des chapeaux. Ce sont des gens qui sont naturellement et incroyablement glamour. Alicia Drake, écrit :  Ils personnifient la fantaisie parisienne des années 70, la vie artistique, aristocratique, la mode, l’élégance, la beauté, la jeunesse et l’excès.

Le tout distillé en un seul couple. La fête, somptueuse, abondamment fleurie, est organisée par Yves Saint Laurent et Pierre Bergé. Après trente années de collaboration, Yves Saint Laurent prend sa retraite. Mais elle continue à dessiner des bijoux pour Oscar de la Renta à partir de 2007. Enfin, début 2008, Loulou de la Falaise a démarré deux nouvelles collaborations, l’une avec la chaîne de télé-achat américaine Home Shopping Network, pour laquelle elle dessine des bijoux et des accessoires, et l’autre avec Asiatides pour laquelle elle crée sous son nom des collections d’objets de maison.

L’actrice Léa Seydoux lui prête ses traits pour les besoins du biopic Saint Laurent, de Bertrand Bonello. Paquita Paquin, grande figure des nuits parisiennes devenue journaliste, a demandé à Loulou de la Falaise ce qu’elle pensait de Saint Laurent. J’aimais son côté pas Gogo du tout, sa facilité à ne pas suivre les modes, sa capacité à simplifier, son refus des effets gratuits. Son goût pour l’épure, pour l’élimination du travail savant m’épatait J’aimais le côté moderne d’une blouse qu’on pouvait porter avec une robe à traîne comme avec un short en coton blanc.

J’admirais son perfectionnisme et sa maîtrise du métier qui était hors norme. J’admirais sa façon de laisser toujours une place entre le vêtement et le corps, qui laissait la tenue frémir sur la silhouette au lieu de la mouler. J’aimais aussi sa fierté, son amour de la compétition et du challenge. Il était très à l’écoute et quand il n’avait pas la réaction qu’il attendait, il se défonçait pour nous épater.

Mannequin, créatrice de mode et figure du chic français Loulou de la Falaise », par Véronique Lorelle, Le Monde 9 novembre 2011. La collaboratrice d’YSL Loulou de la Falaise est décédée , Le Parisien, le 5 novembre 2011. Marc Lambron,  Loulou de la Falaise, éternelle égérie , sur madame. Sandro Cassatti, Yves Saint Laurent : l’enfant terrible, City Éditions, coll. Les volants de Mme Felisa , p. Vingt ans sans dormir : 1968-1983, Éditions Denoël, avril 2005, 203 p.

Magic City et son lendemain de fête , p. Deces-de-Loulou-de-la-Falaise-icone-absolue-du-chic Article sur le décès de Loulou de la Falaise, dans Elle Belgique, le 5 novembre 2011. Loulou de la Falaise, la muse éternelle , article du magazine Vogue du 22 octobre 2014. Rechercher les pages comportant ce texte. La dernière modification de cette page a été faite le 3 janvier 2019 à 15:06. Faire avec ses mains ce que l’on voit, voilà la loi souveraine. Rodin devant La Porte de l’Enfer se reflétant dans un miroir.