Marc Aurèle et le gouvernement de soi-même PDF

Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre. Description de l’image Roman SPQR banner. République, et dure ensuite pendant plus de mille ans. Leur pouvoir n’est toutefois pas absolu car ils marc Aurèle et le gouvernement de soi-même PDF’exercent sous le contrôle du Sénat et font face à l’éventuelle action d’obstruction d’un tribun de la plèbe.


Marc Aurèle, empereur romain, est le dernier représentant des
philosophes grecs stoïciens. Au IIe siècle après J.-C., à une
époque où le monde connu s’identifiait à l’empire gréco-
romain, l’horizon humain dépassant le cadre de la cité antique
s’était élargi. Le philosophe stoïcien se voulait alors citoyen du
monde (cosmopolite en grec). Marc-Aurèle a laissé une oeuvre
très personnelle, les Ecrits pour soi-même, souvent appelées
Pensées, recueil d’exercices de maîtrise de soi. Dans la
tradition stoïcienne, notamment celle d’Epictète, la philosophie
est une discipline de vie, un apprentissage de la sagesse, une
recherche du bien. Le bonheur réside dans la maîtrise de soi et
de ses émotions, dans le respect des autres et de la nature. Il a
aussi cherché à appliquer ses propres préceptes et, rejetant la
notion d’empereur tout puissant et tyrannique, il prône le
retour à l’esprit de la République. Il dénonce le comportement
de César et se sent beaucoup plus proche de ses meurtriers,
Caton et Brutus. Modèle de l’empereur équilibré, avec lui
s’accomplit le projet politique de la philosophie grecque, celle
de Platon et d’Aristote : le monde est dirigé par un philosophe.
Aujourd’hui, cette pensée donne encore à chacun les clés
d’accès d’un bonheur qui ne dépend que de nous et fournit un
modèle pour les dirigeants politiques.

République, jusqu’à ce que Jules César puis Octave-Auguste accaparent le pouvoir de façon définitive. Rome et Constantinople, la nouvelle capitale. Brutus, le légendaire premier consul romain. Après la chute de la monarchie romaine en 509 av. Aujourd’hui encore les historiens ignorent d’où est provenue l’idée d’un pouvoir partagé à l’identique pour une durée limitée. Après des années de tension sociale, les consuls et les tribuns de la plèbe se démettent en 451 av. La loi des Douze Tables publiée en 449 av.

Toutefois, ces lois ne déterminent pas le fonctionnement de la République et n’évoquent pas la parité d’accès au consulat. De surcroît, l’exercice du pouvoir se complexifie car les consuls sont parfois remplacés, à partir de 444 av. Un préteur annuel est créé vers 367 av. Aux IVe et au IIIe siècles av.

Caecilii obtiennent 19 consulats, les Fabii 18 et les Valerii, 13. Ainsi, si de 284 à 224 av. Caton le Censeur, un homme nouveau. Le sommet de la gloire pour un consul est de voir son nom figurer dans la liste officielle des triomphes, les Fastes triomphaux. Malgré les exemples de consul à la pauvreté vertueuse célébrés par les historiens romains, la naissance aristocratique et la fortune sont indispensables pour mener une campagne électorale, entretenir par sa générosité ses clients qui sont autant d’agents électoraux, et assumer ensuite une magistrature non rémunérée. La conduite de la guerre devient pour nombre de consuls l’occasion de célébrer un triomphe, et d’accroître ainsi leur popularité. Buste présumé de Marius, sept fois élu consul, dont cinq fois consécutivement.

Ces dispositions légales n’empêchent pas des exceptions en faveur des chefs de guerre, d’autant plus que la durée limitée imposée au consulat ne permet pas toujours de mener les actions militaires longues et éloignées que nécessite l’Empire. Ainsi, Scipion Émilien est élu consul pour 147 av. Cependant, d’autres succès militaires permettent aux consuls ambitieux et charismatiques de gagner la fidélité de leurs troupes et de s’imposer lors de leur retour à Rome, y compris par la force. Marius, un des rares hommes nouveaux de son époque, est élu consul cinq fois de suite de 104 à 100 av. 86, au prix de l’assassinat du consul Octavius.

43 ans, admet de nouveau la possibilité d’obtenir plusieurs consulats, mais impose un intervalle de dix ans entre deux mandats. Il fixe la date des élections en juillet, ce qui fait que les consuls en exercice jusqu’à la fin de décembre sont en recouvrement durant la moitié de leur mandat avec leurs successeurs désignés. Italie ne dure pas : le consul de 78 av. Les tentatives de coup d’État et les entorses aux règles politiques continuent : Pompée est élu consul en 70 av. Il se voit accorder en 67 av. La situation à Rome dégénère au point que les élections consulaires ne peuvent se tenir en 53 av. Sénat nomme Pompée consul unique en 52 av.

Enfin, Jules César marche sur Rome en 49 av. César se fait élire consul pour 48 av. Dans le même temps, il prend les pleins pouvoirs avec une dictature renouvelée, puis permanente. Comme Sylla, il adapte le nombre des magistrats aux nécessités du gouvernement d’un empire, mais conserve la collégialité de deux consuls. Comme pour tout le système de magistratures romaines, la réglementation s’est définie au coup par coup.