Marcel Duchamp parle des ready-made à Philippe Collin PDF

Un article de Wikipédia, l’marcel Duchamp parle des ready-made à Philippe Collin PDF libre. Deux bons exemples en sont La Roue de bicyclette de Marcel Duchamp et La Tête de taureau de Pablo Picasso. New York, pour désigner certaines de ses œuvres, réalisées depuis 1913.


Peut-on faire des œuvres qui ne soient pas « d’art » ? En 1914, à Paris, Duchamp avait acheté un porte-bouteilles qu’il se contenta de signer. D’une manière extrêmement générale, on peut définir les ready-mades comme des objets manufacturés, qu’un artiste s’approprie tels quels, en les privant de leur fonction utilitaire. Marcel Duchamp a insisté sur l’impossibilité pour lui de donner une définition ready-made. Se servir d’un Rembrandt comme table à repasser.

Bien que Marcel Duchamp n’ait, à notre connaissance, jamais reconnu aucun antécédent aux ready-mades, la plupart des historiens de l’art évoquent le précédent immédiat des collages cubistes. Cet objet est dans une collection privée en Allemagne. Sont répertoriés ici les premiers ready-mades de Duchamp, tous réalisés entre 1913 et 1924. 1913 : Roue de bicyclette : Assemblage composé d’une roue de bicyclette noire rivée sur un tabouret en bois blanc, lequel joue le rôle du socle dans la sculpture traditionnelle. 1913-1914 : Trois stoppages étalons : Trois fils longs d’un mètre, fixés sur des bandes de toile collées sur verre. L’original appartient au MoMA de New York. Réplique réalisée sous la direction de Duchamp en 1964 par la Galerie Schwarz à Milan.

Pharmacie : reproduction d’une gouache représentant un ruisseau et quelques arbres, sur laquelle Duchamp a ajouté deux taches de couleurs. L’original, acquis au BHV et que Duchamp avait laissé à Paris, a disparu après son départ à New York en juin 1915. 1916 : Peigne : sur un peigne en acier, Duchamp a inscrit le lieu, la date et l’heure auxquels il a choisi ce ready-made :  New York, 17 février 1916, 11h00 . Sur la tranche du peigne, il a inscrit, à la peinture blanche, cette phrase :  3 ou 4 gouttes de hauteur n’ont rien à voir avec la sauvagerie . 1916 : A bruit secret : pelote de ficelle serrée entre deux plaques de laiton, elles-mêmes jointes par quatre vis. Sur la face supérieure, on lit ces trois lignes : .

AIN et sur la face inférieure : P. Par ailleurs, Walter Arensberg a placé un objet inconnu à l’intérieur de la pelote, d’où le titre. Choisi à New York, l’original a été perdu. Duchamp détourne une réclame vantant la peinture à l’émail Sapolin en recouvrant de peinture certaines lettres de son slogan pour leur substituer d’autres caractères. Voulant tester l’ouverture d’esprit du comité chargé de sélectionner les œuvres, il présente un urinoir en porcelaine qu’il baptise « Fontaine » et signe sous le pseudonyme  R. L’objet déclenche une polémique et, finalement, n’est pas exposé.